Les balbutiements de l’aube

Bretagne  Septembre 2015 002 

 

Voici l’en-tête de mon blog de proses, ici j’ai des nouvelles pour les enfants mais aussi  et surtout pour les adultes…

cooltext167494804241487


Les mots sont les passants mystérieux de l’âme (Victor Hugo)

 

Levez les yeux regardez, dans le ciel doucement plane une plume blanche légèrement tachetée de noir. Elle vole et vient se poser délicatement sur ma main. Est-ce une invitation à me l’approprier. Je ne sais, mais aussi délicatement quelle vient de m’être offerte, je m’en saisis et de suite je ressens une envie irrésistible d’écrire.

Est-ce ainsi que j’ai pris goût à poser mes mots sur le parchemin de la vie peu importe l’essentiel c’est que j’aime le faire et ce blog deviendra au fil du temps la fenêtre ou le miroir de mon amour pour les mots.

EvaJoe

Haïku 34 : embarquement immédiat en train

En faisant le tour de mes blogs amis j’ai trouvé qu’aujourd’hui c’était l’embarquement immédiat  pour les haïku avec comme thème le train, je me suis laissée chatouiller par l’envie d’en écrire quelques uns. Le sujet est tellement vaste, les trains ont tellement fait de progrès qu’il va falloir que je me freine…

 

 

poussif le train monte

de la suie sur leur visage

histoire d’autrefois

 

long couloir étroit

corail et micheline

bidasses endormis

 

passage du tunnel

un sifflement dans la nuit

réveil en sursaut

 

visite du musée

en voiture les passagers

pour un temps figé

 

attente sur le quai

la vitesse en TGV

il est déjà loin

 

les trains d’aujourd’hui

avalent les kilomètres

des vacances au bout

 

Dissertation poétique…

Comme disait Coluche c’est pas compliqué en politique il suffit d’avoir une  bonne conscience et pour ça il faut avoir une mauvaise mémoire.

 

Si lorsque vous parlez politique

je réponds par un discours humoristique

je profite de l’occasion

Pour jouer sur le fil de la dérision.

 

Est-ce une tournure sociale que l’humour

si rire de la politique est un compte à rebours

Alors je prends des chemins obliques

Et j’en deviens cynique.

 

L’ humour est une question de langage

Si Devos était là il en ferait usage.

Pour l’instant on nage dans la fiction

d’une eau trouble en  manque de réactions.

 

Ce n’est pas le rire que l’on communique

Comme l’humour noir évite la panique

Et arrive le temps d’un soir à nous dérider

Sans pour cela nous faire changer d’idées.

 

Si j’attends de l’un autres choses que des propositions

De l’autre j’espère qu’il va relever la nation.

En le faisant d’une manière adroite

Il est facile de se moquer de la droite.

 

Et tout autant  du milliardaire

que l’on voit forcément de travers

Désormais pour rire pas besoin des humoristiques

Même des présidents ont fait  polémique.

 

Les mots sortis de leur contexte créent la confusion

Dans le rire c’est toujours de l’illusion

Chez les autres c’est l’échec de la communication

et la langue de bois sans humiliation.

 

L’humour  peut réduire à néant les propos d’ hommes politiques

Car à chacun de ses discours le rire l’emportera sur l’éthique

Là n’est pas mon propos d’être dans la réflexion

Je suis juste dans le tempo de ma création.

 

Si l’humour est une thérapie

Avec la politique je frôle l’utopie

Pourtant tout n’est qu’interprétation.

Images fugaces

Sur la terre assoupie au bord du champ

Dort encore pour longtemps

La cadole enfouie sous les ronces

Des lambeaux de nuages cachent le bleu du ciel

Offrant à l’arbre solitaire un paysage d’aquarelle

Où la rivière s’enivre de sa couleur.

La poussière du jour efface le visage de la nature

Afin que la nuit s’entrouvre au mystère

Pour nous emmenez rêver.

Errance de la nuit

Encore une nuit auréolée d’insomnie

Pourtant les yeux sont lourds

Pour cette tendre agonie

Morphée à mon appel reste sourde.

 

Ces quelques heures qui s’égrènent

Sont longues comme un jour sans fin

Les yeux grands ouverts plus rien je ne gouverne

Même pas l’envie de me lever pour assouvir ma faim.

 

A portée de main une grande feuille

Noircie de kilomètres d’écrits

Le temps condamne même mes cris

je suis ce bateau ivre s’échouant sur les écueils.

 

Lorsque enfin je m’endors

je fais une overdose

De papiers chiffonnés à l’odeur de rose

Surgi de ma boîte de pandore.

Ailes au ciel!

Errance dans l’atmosphère

En jouant les monte en l’air

Sensation de légèreté et d’envol

En apercevant les contours du sol.

 

Rouges, blanches, jaunes miellés

Ces ailes

Donnent au ciel

Un goût de bonbons acidulés.

 

Dans le sens du vent

Tout en volant

Elles font des arabesques

Qui ne sont point grotesques.

 

Petits points dans l’Univers

Disparaissant dans les sapins verts

Atterrissage forcée

Pour éviter la neige dans le fossé.

 

Sur la terre ferme il regarde les figures

De ces adversaires d’un jour

Les grandes ailes disparaissent

En un frou- frou d’allégresse.

 

Ce dimanche j’étais dans le arc Régional du Pilat dans la Loire où j’ai admirer des ailes volantes.

Cela m’a inspiré ce petit texte.

Mâle heureux qui comme Ulysse

 

Avant de lire une explication de texte s’impose : ce qui est écrit en italique et en violet clair est tiré de l’Odyssée d’Homère, ce qui est en italique foncé ce sont les expressions de Clara du mois de janvier…

 

Tout le monde connait l’épopée d’Ulysse selon notre grand poète Homère, voici pour les

Ma version revue et corrigée de l’épopée d’un Ulysse des temps dits modernes:

Pourquoi ce mâle heureux a-t-il dû quitter la lumière du soleil, celle qui brillait au-dessus de lui en souvenir de son père spirituel l’homme aux grands pieds?

Ulysse lui qui vivait de mille et une choses en ce jour tristement célèbre en oublia de dire à son peuple la vérité. Il pensait enfoncer son épée dans l’oeil de ses concurrents et les aveugler, mais cette maudite lame contre lui s’est retournée.

Tous les moyens sont bons pour nous faire perdre le Nord, tu pensais rendre ton retour doux comme le miel, mais tout ceci a un arrière goût de vinaigre, c’est aigre, toxique et dangereux.

Attention à l’Ebranleur de la terre, il ne te laissera pas passer!

Ce  que tu avais caché au fond de ta mémoire, et à force de mentir comme un arracheur de dents est en train de t’entraîner dans les abîmes.

Si tu te mets à genoux devant ceux qui te restent fidèle en leur demandant pardon possible que tu laveras ton honneur, mais devant le peuple entier tu devras leur dire que tu donneras  à ceux qui souffrent,  l’argent amassé au cours des années passés à conquérir ce fauteuil qui te tends les bras et qui s’éloigne de toi car tu as fait des dommages. Si tu ne le fais pas alors je te prédis la perte de ton vaisseau et de tes compagnons, tu rentreras seul, abandonné de tous dans ton pays où ta Pénélope attend ton retour.

Tu n’écoutes pas les recommandations de tes pairs et tu as réussis à offenser Athéna  qui a soulevé contre toi une tempête funeste et des vagues immenses.

Tu sais que ces armes ont été amassés au fil du temps pour se retourner contre toi, tu as sortis ton épée de son fourreau en disant que ce serait à ta gauche que l’on t’aurais battu le flanc. 

 

Alors que la guerre  faisait rage dans de lointaines contrées tu avais donné du travail à ta douce et tendre moitié, mais ne te voyant pas venir elle vaquait à son rôle de mère, s’occupant de vos enfants. Pendant la journée elle tricotait et la nuit venue attendant ton retour elle défaisait ce que le jour elle avait fait. Ta sage Pénélope n’est que ta pâle copie, toi qui te prends pour le Dieu de ceux que tu roules dans la farine, n’oublie pas que les flots qui se déchaînement peuvent anéantir tout ce que l’on a tissé au fil des ans.

Guédélon : dix ans déjà !

 

Le 1er septembre 2017 cela fera 10 ans que ce château se construit: le voici en images pour le pas à pas je vous donnerais le lien du site officiel.

Ils sont fous ces gaulois ! Ils bâtissent depuis dix ans un château fort comme on le faisait au Moyen-Âge… Une aventure humaine,  une aventure médiévale du XXI siècle .  Un château comme hier, avec les mêmes méthodes que lors du Moyen Âge. Incroyable me direz-vous, et non c’est vrai c’est dans ma Région: c’est en Bourgogne-Franche Comté. 

Une cinquantaine d’oeuvriers construise ce château fort comme on le faisait au Moyen Âge avec les mêmes matériaux, sans grue, sans engin élévateurs rien qu’avec leurs mains et leurs têtes. C’est un défi hors norme.

Il se visite depuis quelques années, ici pas besoin d’  ateliers pour montrer à tous comment cela se passe. Tout se passe devant les yeux des visiteurs, des milliers y viennent. Grandiose! Majestueux, c’est différent du précédent article. 

Guédelon est un chantier scientifique, historique, pédagogique, touristique et humain avant tout.

 

Voici le site  Là

 

 

 

Majestueux !

Photo pris en zoomant alors que je me trouvais en contre bas sur la route.J’ai eu la surprise de découvrir cette bâtisse. Ce château a une histoire incroyable je vous mettrais le lien en bas de page, vous irez voir.

 

 

Sur le promontoire il a fière allure 

Son oriflamme  est sa voilure

Majestueux il se dresse

Telle une forteresse.

 

 Là haut il faut être acrobatique

Délicatement posé sur les colonnes basaltiques

Tout près du Massif du Sancy

Il semble s’être assis.

 

 


Le château des Chazal

(pour écouter arrêter les vagues)

 

Trois générations le construisent

Tout se fait sans vantardise

Du grand-père aux petits fils

Ils voient s’élever l’édifice.

 

Pour tout connaître sur ce château c’est ICI

Un retour en arrière

 Escapade du 30 /12/2016 au 02/01/2017 

 

 

Le soleil nous nargue

Nous forçant à penser à la folie des vagues

Tout en dégustant le sucre fleurissant les arbres.

 

                                                              

                                                 

La brume se confond avec le ciel

La grève est assoupie et le château veille

Et mêle le sable aux gouttes du brouillard

 Pour effacer l’image tel un scribouillard.

 

 

Des larmes de silence coulent

sur les rochers où s’accrochent quelques moules

Aucun bruit si ce n’est une mouette

Qui vient nous distraire pour que nous reconnaissions sa silhouette.

 

 

Rien n’a changé depuis cet été, 

Le vent est fripon et vient nous fouetter

le phare d’antan est toujours en vigie

Il monte la garde et n’a pas vieilli.

 

La première photo est un peu flou car elle a été prise à la volée par la fenêtre de mon camping car, c’est un petit retour en arrière. Ces photos sont celles de mon escapade en Charente-Maritime, un coin charmant que nous affectionnons d’autant plus qu’il y a ma petite soeur des mots. C’était les 30 et 31/12/2016

 

A suivre…

L’agnelle et la louve…

Une agnelle se promenait sur un chemin fleurant bon la fraise 

Avec sous le bras un ouvrage fait de sueur et de petit bonheur

Soudain à l’orée du bois, elle croise le regard acéré d’une belle louve

Cette dernière sous des allures de mouton, lui caresse le poil dans le bon sens.

 

«  Où vas-tu fillette avec ton bel ouvrage? »

« Je vais le proposer dans mon village »

« Moi je peux te le prendre, moyennant argent sonnant et trébuchant »

«  Belle somme qui t’apportera mille et un écus. »

 

 

L’agnelle est dubitative, une louve parlant son langage

Jamais en ces contrées elle n’en a jusqu’à ce jour rencontrée

L’agnelle fait deux pas de côtés et fait mine de s’enfuir

Mais la louve ne veut perdre sa proie et l’entoure de tous les égards.

 

Notre petite Agnelle succombe devant ses innombrables gentillesses

Elle accepte de lui confier son plus beau trésor

L’autre s’en va riant sous cape, enfin elle a trouvé une poulette à plumer.

 

Après des jours et des jours à vivre ensemble l’agnelle voit que la louve l’a trompée

La vilaine a essayé un jour de la noyer, le lendemain a voulu la manger cru

Mais l’agnelle n’est point bête, elle est à bonne école

Car sur les chemins elle s’est fait beaucoup d’amis.

 

L’agnelle a bien essayé de calmer le courroux de la louve

Mais peine perdue elle est reine de la meute,

L’agnelle doit baisser la tête.

« Se mettre à plat ventre n’est point dans mes habitudes »

Lui a susurré l’agnelle exténuée

Après avoir vu dans son regard la haine

l’agnelle enfin a pris la clef des champs.

 

Mais je ne suis pas Monsieur de La Fontaine

La louve n’emporte pas au fond de la forêt

La petite agnelle pour la dévorer.

Car elle connait tous les chemins

Et, si d’aventure la louve la suit elle s’y perdra à tout jamais.

 

Moralité

Si le plus petit est entouré à l’intolérable il ne cédera

Le plus fort doit désormais se méfier de l’agnelle

Car, fort de ses écrits elle saura rebondir

Et s’en aller sous d’autres cieux nous faire rêver.

 

Au bord de mon canal ce mercredi 11 janvier 2017

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

 

Lorsque le rêve nous habitep1020054

C'est là où l'imaginaire s'envole!

cooltext167486945591431

 

Des sentiers de la vie à ceux de mon imaginaire,

Il est écrit avec cette encre!

 A l'encre de mon imaginaire

cooltext167489082620044

 

 

 

 

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo