Evajoe

Joli muguet !

Muguet du jardin , chez mes parents !

En flânant dans le jardin

Où la rosée a tracé son chemin

De petites clochettes blanches ont vu le jour

Les fleurs s’emmaillotent de fil d’araignées

Afin de se protéger des cueilleurs

Où du silence des souffleurs.

Les jolies clochettes parfumées

Se dandinent dans le sous-bois

Prêtes à la parade , ainsi costumées.

Leur délicat parfum titille nos narines

Afin que nos mains empressées

Les cueillent délicatement !

Le pont !

Le murmure du temps s’échappe du pont

Il nous raconte son histoire

Au fil du temps il a perdu son ruisseau

Ils ne se mirent plus les arbrisseaux.

Le pont aujourd’hui sommeille

Sous les feux du soleil.

C’est sous son arche

Que l’on remonte le temps,

L’herbe flâne, emprisonnant l’eau dormante

Elle se laisse dévorer par un souffle de vent

Et courbe la tête pour s’incliner devant cette antiquité.

Des siècles plus tard

Il se dresse droit et fier

Et nous l’enjambons avec nos engins modernes

Il n’émet aucun bruit

Il est là pour l’éternité.

Grandiose !

Ontario, Canada !

Espace grandiose – Beauté de la nature –

Rêve inachevé

D’une fleur de sang

Surgissant de la nuit

Dans le lac aux effets rosés

Se consument un songe.

En naissant du soleil levant

Sous le souffle d’une brume

Apparaît la frange d’une forêt

Inextricable,envoûtante

Laissant entrevoir un pays mystérieux;

Où l’homme n’ose s’aventurer.

Le concert des rochers !

Merci Soisic pour ta photo !

Ils sont là depuis la nuit des temps

Allongés au bord de l’océan

Sous la surveillance d’herbes folles

Où la nuit brillent des lucioles.

Ils sont polis par le vent

Caressés par les embruns,

Ensorcelant la nuit d’ un fil de soie

Afin de vous enlacer dans les bras d’un roi.

Certains sont poissons figés dans la rocaille

Laissant apparaître quelques écailles,

D’autres ont des allures de spectres

En s’enrubannant de soupirs et d’extase.

Entre un océan folâtre et un bout de plage

Les rochers se réconfortent sur ma page

Afin que mes mots puisent l’encre de ma plume

Pour qu’ils puissent s’endormir dans l’écume.

Peinture improbable !

Devinez si…

Si le cœur m’en disait

Juste en levant les yeux

Avec mon pinceau

je dessinerais les plus belles arabesques

Et voici ce que vous découvrirez

La nature dans toute sa splendeur

Miroitant sous vos regards

Ebahis

Par tant de beauté !

L’ai-je rêvé ?

Ou dessiné?

Ce jour je ne sais

Mais, le tableau est là !

Australie !

Mon voyage n’est qu’un rêve

Un grand peintre est né

Je n’ai pas ouvert mon calepin

Ni ma boîte à couleurs

J’ai juste découvert cette peinture

Vue du ciel, c’est la nature

C’est d’une pure beauté !

Coucher de soleil !

Merci Monique pour ton magnifique coucher de soleil !



Dans son habit de lumière il miroite encore

Le soleil a pris sa robe aux couleurs d’orange et d’or

C’est l’instant

Où mon cœur languissant se souvient.

C’est dans le souffle de la nuit

Qu’éclot ce léger bruit

Ce chuintement du ressac

Qui me donne du vague à l’âme.

C’est dans l’encre du soir

Que l’astre étincelle

Puisant au creux de mon enfer

Je crie : Je suis là Finistère !

Contraste à la Jasserie !

De fines gouttelettes nous éclaboussent

Neige et soleil s’embrassent

La Jasserie est enrubannée de blanc

Les petits chemins sont sous la neige

Immaculée !

Ici, nulle pollution, seule la forêt et les prés se déguisent

D’un long manteau blanc

Aucun bruit ne résonne

C’est reposant,

Loin de la ville

Le calme

L’auberge de la Jasserie (Loire)

Le soleil s’est évaporé

Pour laisser place à la nuit

Dans l’auberge

Les chants, la musique, le brouhaha

Contrastent avec les prairies blanches

Un bon feu de bois crépite dans la cheminée,

C’est le repos après les batailles de boule de neige

Ou le ski la luge, les balades en raquettes !

Fontaine d’où le Gier affluent de la Loire prend sa source.


Au printemps le vert sera au rendez-vous

Les narcisses pointeront le nez

C’était un retour dans ma Région !

Aube nouvelle !

Une aube rose se lève

Moment intense

Douceur

La nature se réveille

Enveloppant de tendresse

Le monde qui sort de sa torpeur.

 

Le soleil joue la partition

Des couleurs

Du rose au saumon en passant par l’orange

Glisse sa quiétude sur nos regards

Affamés

Après ce long hiver

D’un ciel crémeux

Aspirant jusqu’à nos forces

Anéantissant toute envie

Enfin la langueur s’estompe

La nature bruie à nouveau

Du chant des oiseaux

De mille et un bruits.

 

L’aube nouvelle est enfin là !

Un jour en hiver !

Un jour en hiver

Sérénité !

Douceur de l’air

Iodé !

Au murmure du temps

S’effiloche les nuages

La terre et l’océan sommeillent

 

 

Il flâne au bord de l’eau

Une ombre d’hortensias

Qui rode en un parfum.

 

En gribouillant quelques mots

Dans le ciel gris

J’imagine le soleil

Sautillant dans l’air

Pour parfumer la mer

 

 

Aucune vague ne vient me lécher les pieds

Plus de ressac juste un calme plat

Le temps s’est arrêté

A l’horloge de la vie.

 

Merci à Gibee pour ses deux merveilleuses photos de la Forêt Fouesnant

 

 

 

Les filets jaunes (parodie)

 

Ils ont jeté leurs filets dans les eaux tumultueuses

Espérant que leur pêche soit miraculeuse.

Ils n’ont ramenés au port que des aiglefins

Alors qu’ils espéraient de plus gros requins.

 

Chaque soir les bateaux sortaient du port

Ils tournaient en rond jusqu’au début de l’aurore

Et souvent ils rentraient bredouilles l’âme en peine

La mer faisait le gros dos et eux lâchaient leurs chaînes.

 

Par vagues successives ils repartaient à l’assaut

Sur les déferlantes tous faisaient le gros dos

Munis de leurs harpons ils entonnaient des chants guerriers

Mais se faisaient laminés par les armuriers.

 

Leurs filets jaunes sentent la sardine et la morue

la mer est devenue leur dépotoir comme les rues

Les bateaux flambent les soirs de pleine lune

Et au petit matin on contemple les ruines.

 

Ils ont jetés les filets dans les eaux tumultueuses

Espérant que leur pêche soit miraculeuse.

Ils n’ont rapportés que du menu fretin

Alors qu’ils espéraient les gros requins.

 

Heureusement que tout cela est une parodie

N’ayant aucun rapport avec des idioties

N’en déplaise à certains je suis encore en liberté

Et je me suis juste permis de disserter.

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

 

Lorsque le rêve nous habitep1020054

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Suivez moi dans mon imaginaire

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo