Amour

Ivresse

Batissant des  rêves sur du sable

s’enlisant dans de sombres marécages

perdu son âme à chercher son âge

mais la rencontre en fut inoubliable.

 

Envers toi je n’étais pas déloyale

tu m’as fais la cour au bord d’un rivage

enhardis par mon rire tu m’as vu volage

m’emportant déjà dans ta chambre nuptiale.

 

Un nuage de rêves aux couleurs émeraudes

enveloppe nos corps d’un baiser d’amour

d’ou s’échappe la complainte du troubadour

soufflant sur notre destin en une belle ode.

 

S’évapore l’arc en ciel fardé de larmes

effaçant les peurs de ces deux amants

en un subtil mélange d’ivresse et de charme.

 

En quittant la plage la mer dénude les corps

froissant nos peaux dans un doux frisson

mélangeant notre secret en un enivrant accord.

 

 

Voyou, voyelle

Une voyelle, la besace pleine

part à son rendez-vous

lorsqu’ au détour d’un mot

elle voit s’éloigner son destin

dans le  fond d’un tiroir

 elle surprend un crayon

qui n’était point là hier,

c’est un  cynique voyou

marchant à pas de sioux

Dans une gracieuse posture

dansant sur une page jaunie

les consonnes tressautent

et se gaussent en une  sarabande

elles perpétuent de petits meurtres

en souillant les pages d’encre de contrebande

piétinant les chiffres

qui n’ont pas leur place dans cette cacophonie.

La voyelle  se laisse surprendre

par ce drôle de personnage

la voici embarquée dans les méandres

de son cerveau hors du commun

en compagnie d’un encrier

au talent d’orateur laissant échapper un parfum

d’autrefois d’où jaillis  dans un ultime panache

notre belle  en plein effeuillage.

Je vous pardonne vos écarts de langage

à vous seul vous écrivez l’amour

ne raturez plus vos émois

ensemble griffonnons nos chagrins

laissez moi vous surprendre 

pour qu’entre ces nouvelles pages

nous soyons enfin réunis.

Etreinte

 

A la flamme de ton coeur j’étreins le souvenir

que je visionne dans l’encre de nos nuits

lorsque mes mains en caresse s’enfuient

et reviennent en douceur te faire tressaillir.

 

Des mots en arabesques frissonnent

sur ton corps il y a des dessins fous

mais les lettres sautillent pour nous

quand ma bouche t’embrasse, polissonne.

 

nos corps sont aux  couleurs de l’arc en ciel

ils fusionnent en une plume d’or

pour écrire des poèmes toutes voiles dehors

et atteindre des rivages aux couleurs de miel.

 

 

 

Folie des sens.

 

 

 

Hantée par les souvenirs d’autrefois

ou son corps dansait avec volupté

tu la dévorais comme fraise des bois

frissonnante de plaisirs mais domptée.

 

 

Corps de déesse, chevelure d’ébène,

c’est une folie de tes sens

tu es féline mais deviens hyène

à en oublier les convenances.

 

Pour cet homme le désir

à ton corps se fait sentir

tu te souviens à nouveau

de sa bouche à fleur de peau.


 

Dans la folie de cet étreinte

tu t’es tendu comme un arc

il t’ as laissé comme une empreinte

tu en as encore la marque.

 

Prenant une pose nonchalante

toi qui est belle amante

tu trempes dans l’eau

ton orteil le plus beau.

 

A son contact charnel

tu es sensuelle.

A son dard pointu

tu te donnes sans retenue.

 

Ses doigts doucement te caresses

et prennent d’assaut ton butin

tu te laisses aller sans faiblesse

en imaginant avec lui ton destin.

Terre lointaine

J’emprunterais tes chemins pour enfin te retrouver

j’irai par monts, par vaux sur cette terre brulée

dans la chaleur ou le froid d’une nuit étoilée

je pense  ne pas te reconnaître car tu es éprouvé.

 

Sur ta peau je vois  les traces de ta peine

comme des cicatrices  creusant un fin  sillon

aspirer par le vent tu disparais en un tourbillon

sur ce chemin ocre sous cette voûte azuréenne.

 

Ici et là se mêlent tes maigres souvenirs

dans cette case au milieu de nulle part

assoiffé par le soleil qui pousse au départ

tu ne peux quitter ta terre, je dois choisir.

 

Couleur
menthe réglisse ainsi est l’amour

l’une vient du froid et d’un pays pluvieux

ici c’est rude mais le ciel est radieux

je suis à toi et je t’aimerais toujours.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boîte à souvenirs

 

 

 

 

Dans la boîte à souvenirs ou le temps s’est figé

te souviens tu ma Mie de nos regards échangés

sur des airs  populaires, nous remontons le temps

pour ensemble revivre nos amours d’antan.

 

Au fil de la vie l’amitié prends le pas

sur les amours passionnés en gardant l’émoi.

Fuir la solitude pour se rappeler que l’on existe

et inexorablement voir le temps prendre la fuite.

 

Deux mains parcheminés se frôlent,  battement de coeur à deux

Un doux regard, l’esquisse d’un  sourire, une larme  aux yeux

ils sont assis au fond du jardin sous la tonnelle 

lui doucement fredonne à son aimée une ritournelle.

 

Tous les deux se revoient danser au bal populaire

ou ils ont fait ensemble leur premier pas, c’était l’hiver.

ou jadis tout le village se retrouvait pour la fête

au cours d’une danse ils ont vécu une belle amourette.

 

Depuis ils ne se sont plus quitté, il y a soixante ans

ses beaux cheveux blonds en sont devenu blanc.

Naguère vous dégrafiez ses jupons et dentelles

pour vous elle se  pâmait en étant la plus belle.

 

Que ferais je sans vous au moment de l’absence

j’égrènerais nos années  songeant à votre présence

mes yeux se fermeront, mon souffle s’amenuisant

sur la pointe des pieds j’arriverais aussi séduisant.

Une rose pour une femme

 

Je n’ai pas de vague à l’âme, je ne suis pas triste, mais ce petit texte est né cette nuit dans ma tête, il a fallu que je
l’écrive et le voici pour vous.


 

 

 

    rose-rouge-022.JPG

Déposée ici par une main amoureuse

tu es en bouton fermé mais silencieuse

ton éclat donne vie au marbre froid

et relève le défi de tes émois.

 

Rose d’un jour à l’éphémère vie

balayant de tes pétales l’infini

tu brûles aux flammes de l’amour

et tu te consummes en un jour.

 

Hier encore tu te pavanais au coeur

d’un bouquet assurant le décor

d’un vase de chine aux belles formes

noyé dans un ensemble uniforme.

 

Ici, tu es bien seule mais tu es reine

même si on sent toute la peine

oppresant celui qui aimais

celle que tu veilles à tout jamais.

 











Aux amoureux!!

 

 

 qs80sqabOffert par un ami blogueur

Vagues de
l’amour, folies de ce jour

Aujourd’hui je te fais la cour

Laisse
moi t’aimer mon aventureux

Embrasse
moi bel amoureux.

Nuées
d’érotisme et de sensualité

Tendresses dévorantes à ton immoralité.

Indomptable tigresse je t’aime

Noblesse
de ton âme en un théorème.

 

 
nuages.jpg

 

ET encore…

 

 

Vertigineuse journée

A mon
cœur donné

Loin de
tes mots enchanteurs

Envie de
toi mon 
ensorceleur.

Nous
sommes deux amoureux

Troublé
mais si heureux

Irrésistiblement attiré

Noyé dans
tes yeux et 
désiré.


 

 

Allez un
dernier….


 

 

Vivez
pleinement ce jour naissant

Allez
main dans la main et de l’avant

Laissez
le vous dire en un murmure

Ecoute
oublions notre rupture

Noyons
nous
dans les ténèbres

Tous les
deux nous ne serons célèbres

Immergeons nous dans l’amour

Nouant
notre destinée ce jour.

 

 

 

Balade de l'amour

 

 

 

Seule, la brise caresse son corps dénudé

nul bruit si ce n’est le pas du promeneur

elle git sous ce merisier en fleurs

ou le coquin  venait en secret marauder.


Au détour du petit chemin il l’ aperçoit

et contemple cette Vénus dormante

l’imaginant en femme charmante

mais c’est un rêve, hélas  il le conçoit.

 

Sa belle et  blanche poitrine se soulève 

au rythme des battements de son coeur,

ses seins sont offert pour qu’il les dévore

mais il n’ose rompre ce doux rêve.

 

Il ne peut la prendre comme un fruit

ce randonneur en son corps frissonne

il aimerai éveiller cette  polissonne

mais il la laisse sur sa couche évanouie.

 

Il s’allonge à ses côtés et se laisse aller

à rêver de pouvoir l’enlasser tendrement

Mais il n’est pas voyou et doucement

s’endort, après l’avoir contemplé.

 

Tout à coup, la belle s’étire et baille 

et, surprise voit à ses côtés cet homme

va-t-elle crier pensant voir un fantôme

elle se lève et dans sa hâte le réveille .

 

Personne ne sait ce qui s’est passé

entre ces deux inconnus, hier encore

mais  sur l’écorce il y a deux coeurs

gravés comme un amour entrelacé.






Rêver de Toi

 

 

 

Accoudée à la table les yeux dans tes yeux je rêvais

tu degustais mes pensées et dans ton sourire je revoyais

tous tes désirs et tes folies de cette douce après midi

ou tous deux nous nous étions envolés  dans le  mitan du lit.

 

Je revoyais cette chambre avec son feu de bois

les rideaux blancs et la couette en duvet d’oie

sur la table de chevet datant d’un autre âge

trônaient ces deux coupes et son délicieux breuvage.

 

A ce jour j’ignorais que ton absence serai une blessure

et de ne plus te voir  me ferai gémir comme d’une morsure

lorsque tu t’en vas les heures s’égrainent doucement

je réprime mes larmes sinon je souffre cruellement.

 

Bientôt s’annonce ton retour et au seuil de ma porte

je t’ouvrirais mes bras pour que tu m’emportes.

Ensemble, nous galoperons dans cet univers enchanté

ou la folie de nos sens nous éloigne de notre passé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

 

Lorsque le rêve nous habitep1020054

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Suivez moi dans mon imaginaire

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo