Bretagne

Illusion !

Merci à Gibee

Le sable et les vagues s’entremêlent dans un flot d’amour

Et coulent en un océan de nacre

Afin que le soleil flâne tout au long du jour.

 

C’est un voile bleuté qui tapisse la grève

En embarquant le sommeil en un geste d’emphase*

Pour qu’il puisse vivre un moment d’extase.

 

Les vagues nous donnent l’effet d’un mirage

Et nous invitent à les admirer derrière un vitrage

Pour que l’on imagine les prémices d’une rosace.

 

Les serpentins de sable se forment et se déforment

Pour nous envoyer une illusion d’optique

En mélangeant à l’horizon un ciel acrobatique.

 

La mer de la Tranquillité!

Merci Marie !

 

Sur le sable blond glisse l’empreinte d’un pas

Afin d’admirer le reflet du ciel dans le miroir

Et d’imaginer la mer de la Tranquillité dans ce ciboire

Pour que la lune lui serve d’appât.

 

Sous l’effet des vagues une dentelle d’eau

Écume de blancheur comme les nuages

Afin que chacun rivalise de beauté avant l’appareillage

Du soleil écartant le rideau.

 

Un pinceau de ciel bleu caresse l’eau qui miroite

Afin que le sable se glorifie de bribe de rêves

Pour que le mariage de la mer et des cieux s’épanouissent sur la grève.

 

Enfin voici la vague brodée au cil d’une houle

Que l’océan forge de ses doigts de cristal

En épurant le silence la marée  tendrement s’étale.

 

 

Miroir mon beau miroir

Qui te l’as dit?

C’est Marie

Celle qui photographie!

 

 

 

 

 

Un corps à corps !

Merci !! Photos de Jean Claude

Les fleurs se serrent en voyant arriver la vague

Majestueuse, grandiose,

Seront-elles vertes de peur, elles qui sont roses

Elles se redressent et l’affrontent.

La houle forte les embrasse et les noie

L’étreinte est langoureuse mais elle repart

Le va et viens est inlassable

Les fleurs s’affolent et se mettent en gerbe

Se serrent les unes contre les autres

Et relèvent la tête, car elles aiment ce corps à corps.

Submergeant les bateaux ancrés dans le port

Elles font le gros dos et se brisent en un bruit sourd,

Emportant un fétu de paille qui s’accroche désespérément

Au vide fait par le creux de la vague.

Le concert des rochers !

Merci Soisic pour ta photo !

Ils sont là depuis la nuit des temps

Allongés au bord de l’océan

Sous la surveillance d’herbes folles

Où la nuit brillent des lucioles.

Ils sont polis par le vent

Caressés par les embruns,

Ensorcelant la nuit d’ un fil de soie

Afin de vous enlacer dans les bras d’un roi.

Certains sont poissons figés dans la rocaille

Laissant apparaître quelques écailles,

D’autres ont des allures de spectres

En s’enrubannant de soupirs et d’extase.

Entre un océan folâtre et un bout de plage

Les rochers se réconfortent sur ma page

Afin que mes mots puisent l’encre de ma plume

Pour qu’ils puissent s’endormir dans l’écume.

Coucher de soleil !

Merci Monique pour ton magnifique coucher de soleil !



Dans son habit de lumière il miroite encore

Le soleil a pris sa robe aux couleurs d’orange et d’or

C’est l’instant

Où mon cœur languissant se souvient.

C’est dans le souffle de la nuit

Qu’éclot ce léger bruit

Ce chuintement du ressac

Qui me donne du vague à l’âme.

C’est dans l’encre du soir

Que l’astre étincelle

Puisant au creux de mon enfer

Je crie : Je suis là Finistère !

Un jour en hiver !

Un jour en hiver

Sérénité !

Douceur de l’air

Iodé !

Au murmure du temps

S’effiloche les nuages

La terre et l’océan sommeillent

 

 

Il flâne au bord de l’eau

Une ombre d’hortensias

Qui rode en un parfum.

 

En gribouillant quelques mots

Dans le ciel gris

J’imagine le soleil

Sautillant dans l’air

Pour parfumer la mer

 

 

Aucune vague ne vient me lécher les pieds

Plus de ressac juste un calme plat

Le temps s’est arrêté

A l’horloge de la vie.

 

Merci à Gibee pour ses deux merveilleuses photos de la Forêt Fouesnant

 

 

 

Les souvenirs de deux barques !

 A Pors Poulhan (Finistère ) Merci Gibee

 

Devant l’immensité de l’océan,

Elles rêvent

Se murmurent

Des mots doux

Soupirs !

 

Elles aimeraient tant

Repartir sur l’océan.

Hélas il est bien loin ce temps

Où chevauchant les vagues

Elles emmenaient les touristes

Prendre quelques poissons

Loin de la côte.

 

L’une dit à l’autre

Te souviens tu

De cette pêche miraculeuse ?

Non elle ne s’en souvient plus

Mais elle pense

Au temps qui file

Elle revoit le soleil d’or

Et celui rougissant.

La barque a aimé l’instant présent

Le velours du silence

le clapotis des vagues

et les rames fendant les flots.

D’autres fois la proue montait à l’assaut du ciel

Et retombait au creux de la vague.

Entre les gouttes de nacre

Et celle d’encre noire

Le sable est si blanc

Que l’on aimerait s’arrêter.

 

Alors arrêtons-nous pour contempler l’océan un soir d’automne entre chien et loup.

 

EvaJoe au bord de son canal novembre 2018 copyright

 

Musique océanique !

Merci à Gibee pour ses photos !

Sur la lande Bretonne

Une mélodie s’envole

Celle de la cornemuse du diable

Le vent souffle tantôt violent

Tantôt en un frisson.

 

Deux petits pas

Le menuet s’envole

Tel un papillon.

 

Au loin le ressac joue le tambour

Rythmant ses accords sur des notes irisées

En une symphonie faîtes de vagues mélodieuses.

 

 

 

Enrubanné de soie grise !

Merci à Monique pour sa merveilleuse photo source d’inspiration !

Enrubanné de soie grise

L’océan calme s’endort

Instant de paix incolore

Sans un souffle de brise.

 

Concarneau va s’assoupir

En effaçant son soleil d’Orient

Hier encore rougeoyant

Pour laisser échapper un soupir.

 

Sous des notes gris jaune

Le soleil se confond avec la lune

Et repousse la nuit brune

Habillée comme un clone.

 

Mais qu’importe les mots

Devant ce paysage moiré

Seul le regard imagine la marée

Pour écouter le clapotis  pianissimo.

EvaJoe 15/09/2018

L’écrin

 

 

 

Étrange et mystérieux

Posé à même la plage

Ce n’est pas un mirage

Juste un peu curieux.

 

Ce rocher a des allures de coquillage

C’est un écrin pour la plus belle des sirènes

Qui, à la nuit tombée se la joue comme une reine

En laissant sur le sable son plus beau sillage.

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo