Evènement

Le secret de Mathéo

Le Mont Pourri

Il va bientôt arriver, il est là tout près en train de se faire une beauté. Mon roman né de mon imaginaire dans des lieux chers à mon cœur va voir le jour.

Vous apercevez la photo qui orne la première de couverture, cette montagne est majestueuse, elle est située dans le parc de la Vanoise et culmine à 3779 m, sans vous en dévoiler la trame je puis vous dire qu’une partie du roman se passe ici.

Voici sur la quatrième de couverture le résumé. Ah j’en conviens c’est difficile de le lire, alors je vous l’écris rien que pour vous !

Mathéo est muré dans son monde à lui, il est tétanisé par la peur. Sa cousine Rosine va mener une enquête. Il lui cache quelque chose, sera-t-elle capable d’être un rempart pour ce jeune cousin tombé du ciel ?

De la France à Djibouti les intrigues ne manquent pas, qui tirent les ficelles et qu’adviendra-t-il de tous ceux qui ont envie de connaître la vérité ?

Le Mont Pourri est en France, mais pourquoi Djibouti ? C’est aussi là que se situe mon histoire, et, si je vous offrais, juste un petit passage. Hum pourquoi pas? Mais juste un tout petit extrait pour ne rien vous dévoiler juste vous donnez envie….

Djibouti aux portes du désert
Qui est dans cette voiture ?

Ce sont par des chemins détournés que Pierre est rentré illégalement sur le territoire de Djibouti avec un faux passeport, mais pour la mission qu’il doit accomplir il est préférable que personne ne sache qui il est.
Il est arrivé par le train qui relie Addis Abeba à Djibouti mais il s’est arrêté bien avant la capitale et a rejoint le campement où deux guides parlant amharique l’attendaient, là c’était le pays des fous de char à voile, 25 km de désert. Le summum pour ceux que Guillaume recherchait mais pour l’instant il n’y avait pas de chars à voile, seules des antilopes et des gazelles faisaient la course avec leur voiture.

Ce sont deux endroits différents du livre, le premier à Djibouti, le second dans le Parc de la Vanoise dans l’ascension du Mont Pourri :


Nous avons 1530 mètres de dénivelé avant d’atteindre le sommet, nous ignorons si la glace va tenir, l’été a été assez chaud. Mais nous avançons en silence et continuons notre montée jusqu’au Grand Col qui culmine à 2935 mètres. À l’arrêt c’est Guillaume qui a semé le doute en nous. Nous faisions le tour des événements que nous venions de vivre, quand soudain il nous demande à brûle pourpoint :

Voilà deux passages, mais aussi je vous ai livré deux autres personnages, qui sont-ils? Vous le saurez en lisant mon livre. Pour ceux qui me suivent sur Facebook vous l’aurez bientôt, pour les autres il suffit de me le commander.

A bientôt pour un roman chargé d’émotion et de suspens. J’ai eu beaucoup de plaisir en l’écrivant, j’espère que vous en aurez tout autant en me lisant.




La voilà : la nouvelle année

dig

 

Elle pointe son nez

Avec grâce et beauté

La nouvelle année

Laissant l’autre

Sur le bas-côté.

 

Elle se fait belle

La voici avec son voile de traîne

Munie de tous ses atours

Elle fait le tour

De toute la terre.

Ici, elle offre ses voeux

De bonheur

De santé

Délaissant les abîmes

Elle gravie les cimes.

Paix, santé et  bonheur

J’offre de bons coeurs

Prenez, prenez dans ma hotte

C’est mon offre

Pour cette nouvelle année.

A tous mes amis blogueurs j’offre mes meilleurs vœux

Un dimanche ordinaire

 

Quelques lueurs éclairent ce matin gris

Où quelques passants surgissant de nulle part

Déambule dans ces lambeaux de brouillard

Accrochés à leurs valises munies de grigri.

 

La grande salle est vide  attendant ces écrivains

Quelques ombres se faufilent et chuchotent

Et jouent au lèche-bottes

Afin de convoiter la meilleure place ce matin.

 

Un café et une viennoiserie nous  sont proposés

Le petit- déjeuner est loin et une grande journée nous attend

Ne pas faire la fine bouche, mais manger à bon escient

Pour attendre midi sonnant sans nausée.

 

Les visiteurs arpentent les travées du salon

S’arrêtent ici où là selon leurs choix

Et emportent sous leur bras un polar se passant dans un bois

Où un recueil de poèmes parlant d’un étalon.

 

En ce matin ensoleillé, les livres pour enfants sont boudés

Un peu feuilleté par des petits aux yeux brillants

Mais les parents s’affairent et ne voient pas leurs regards suppliant

Ils vont de-ci de-là sans se laisser embrigader.

dav

A midi les auteurs restent sur place pendant que se vide le salon

Puis à 13 h un groupe revient en force, mais ils nous ignorent

Que de soupirs, de rires entendus devant leurs efforts

Pour faire demi- tour afin de nous laisser pantois comme des polissons.

 

A seize heures, nouveau coup de force, les voici en nombre

Enfin, chacun s’affaire à vanter ses livres

Ma voisine en vend un seul comment va-t-elle survivre

Puisque c’est son gagne-pain et qu’elle vit de leur ombre.

 

C’était mon premier salon, j’en tire quelques enseignements

De nouvelles connaissances, car nous devrions  bientôt nous retrouver

J’emporte dans ma boîte en carton de précieux renseignements.

 

Le venin distillé

 

Vais-je enfin me décider à publier ma prose

Car parfois je doute et je n’ose

Porter son texte pour devenir la seconde « Madame Potter »

C’est juste du rêve,  j’ai encore les pieds sur terre.

 

Mes histoires sont écrites même lues par un petit comité

Les Uns semblent l’apprécier, d’Autres sont enthousiasmes, quelle bonté!

Mon genre c’est du polar, mais jamais trop noir

Un soupçon de frayeur dosé au compte-goutte, voici mon histoire.

 

Pour être dans le vent c’est un Thriller avec un titre inconnu de tous

Feras-t-il le tour du monde, je vous avoue que j’en doute

Il passera de la lumière à la corbeille c’est le lieu de ceux qui ne prennent pas la bonne route.

Prenez place et plongez-vous dans les premières lignes, mais attention à la secousse,

 

Voulez-vous que je vous en susurre le titre, n’est-il pas évocateur?

« Le venin distillé » c’ est une  histoire   de mon imaginaire

Et que vous allez savourer comme un plat culinaire.

Si je suis publiée chez un éditeur.

 

Texte écrit sur mon dernier recueil mais légèrement modifié sur la fin…

 

11 novembre

 

mobilisation_generale_1914

 

3 août 1914 ordre de mobilisation générale

C’était le temps de la conscription

Aujourd’hui de 21 ans à 51 ans

Tous iront combattre.

 

carte

 

 Dans le premier mois déjà 300 mille morts

Exténués par les combats les soldats battent en retraite

Le Général  Joffre sonne la contre-offensif

C’est la bataille de la Marne.

 

 

garance

Au fond de leurs tranchées, dans la boue ils étaient

en rouge garance au début du conflit

Plus tard en bleu horizon

En avant , baïonnette aux canons.

 

tranchees

 

La Marne, Verdun, la Somme, 

Jusqu’aux chemins des Dames

1 million 200 milles hommes

Tués, blessés, disparus.

clemenceau

Novembre 1917 Le Tigre veut la victoire

Son gouvernement est celui de la poursuite de la guerre

Il se nomme Clemenceau « le Père la Victoire » 

Portrait d'un poilu francais vetu de son uniforme bleu horizon et equipe de son sac a dos, de sa gamelle, de son fusil et d'un casque, 1914-1918  (image colorisee)  --- Portrait of a french soldier dressed with his sky blue military uniform and carrying a backpack, with his tin dish, his rifle and his helmet , c.1914-1918

 

Ils sont mort les hommes que l’on aimait

Ils sont parti à tout jamais

Emportés par des éclats d’obus

Nous les pleurons ils ne sont plus.

cimetiere 

Ne les oublions jamais

Nous leur devons notre Liberté.

monument-le-creusot(Monument aux Morts du Creusot chez moi) 

 

Aujourd’hui, 98 ans après nous les commémorons

En ce 11 novembre 2016!

 

dardanelles1915

 

Et pourtant mon grand-père a finis de combattre en 1919 après l’armistice

En 1915 il est partis combattre aux Dardanelles.

C’était la Campagne d’Orient

Et même dans les Balkans.

 

troupes-coloniales-main

 

Et oui ils y étaient…

 

afrique

Aujourd’hui des migrants venus d’Afrique sont venus honorer la France sur les Champs Elysées

Comment nous l’honorons notre France en ce 11 novembre 2016?

 

 

Et les autres jours…..

 

Je n’ai pas voulu faire des raccourcis, j’ai juste dis mon ressentis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un brin de muguet

IMG_0912Ce muguet je ne l’ai pas cueillis

Je l’ai laissé dans son écrin de verdure

Mais en ce premier mai 

Je l’offre à vous tous qui me suivez

Sur ma page.

 

Ces clochettes s’agitent sous le vent

Ce sont de petits grelots blancs

Ils annoncent le joli mois de mai

 

C’est aussi la fête du travail

En ce jour de repos

 

J’ai bien aimé cette photo trouvez sur le net je vous la laisse ….

 

FAites de l'emploi

C’est une Association, si vous voulez savoir qui ils sont c’est Ici

Rose des sables

IMG_0903

 

En me baladant sur  la terre de mes ancêtres

qui ne flirte pas avec le désert

J’ai contemplé une magnifique rose des sables !

 

Un rêve….

Ahurissant!

Mais d’où nous vient cette magnifique rose?

Non, je suis bien en France et non dans un désert….

Elle est là! Majestueuse!

Elle nous nargue et nous attire….

Elle fait la coquette.

Se découpe bien dans l’herbe,

Elle !

Qui est souvent dans une immensité couleur sable

Se pavane sur la prairie vert tendre du jardin de mon adolescence

Là où naguère je passais des moments inoubliables

Une rose a été déposée au petit matin…

Mais …..

Combien pèse-t-elle?

 

 

Et si vous deviniez, attention ceux qui ont participés sur FB ne peuvent plus le faire…Rire!

 

 

Pour en voir d’aussi belles et de toutes petites allez ICI

 

 

 

Le calicot de la dérision

J’avais envie de faire de la dérision sur un sujet de Société assez fort dans notre Pays en ce moment, sans prendre partis pour qui que ce soit, sans crier haro sur le baudet, sans dire amen à tout et à n’importe quoi, juste de l’écrire comme un poète.

Par contre je hais les débordements et les imbécillités qui se créent de ci de là sous la houlette de trublions, comme aurait dit un certain président de la République:  » c’est la chienlit »

A Reykjavík les manifestants ont ressortis leurs casseroles…..

 

 

Martelé le sol et battre le pavé

En criant des slogans d’un autre temps

Font pas de nous de nouveaux combattants

Si nous avons toujours le poing levé.

 

C’est bien d’une seule voix que l’on se démène

Mort au tyrans, à bas la bêtise humaine

Sous le calicot de nos mots  créons l’unité

Pour faire des autres les nôtres sans autorité.

 

La paroles des anciens résonnent dans les têtes

Il faut vivre ensemble mais pas renier le passé

Sans jeter la pierre en évitant de croasser

Serrons nous les coudes sans oublier la fête.

 

Mes mots sont certainement illusoires

A vous de les replacer dans un contexte

Si je rendais ma copie je serais hors-texte

Et pourtant je sais que j’ai un bon auditoire.

 

 

 

Les balbutiements de l’aube

Bretagne  Septembre 2015 002 

 

A la croisée des routes!

 

Lorsqu’au point du jour enfle le bruit des armes

C’est notre humanité tout entière qui prend peur

Dans l’aube qui pointe son nez entendez-vous notre frayeur

voyez nos mains furtives essuyer nos larmes.

 

Sur nos routes d’égoïsme nous avons banalisé la vie

nous avons préféré être ce voyageur solitaire

qui ne regarde plus en arrière et qui n’est plus solidaire

Oublions ce replis sur soi il en va de notre survie.

 

A notre porte des gens sans foi ni loi

Ont voulu assassiner notre façon de vivre

Mais notre peuple a toujours su se relever et survivre.

 

Le toccin qui résonne fait frissonner les cœurs

En osant résister à leur barbarie

Nous affirmons  notre amour haut et fort

 

 

A tous ceux qui  ont été assassinés ce vendredi 13 novembre

A tous ceux qui souffrent dans leur chair

A toutes ces familles éprouvés par la mort d’enfants, de pères, de mères d’amis

A  nous tous enfin peuple de France.

 

A la haine offrons notre amour du vivre ensemble

Continuons de croquer la vie à pleine dents.

Restons debout, ensemble et fort!

Résistons!

 

EvaJoe ce 19/11/2015

 

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

Suivez moi dans mon imaginaire

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo