Nature

Adieu la pluie, adieu les larmes!

Lorsqu’au soir d’une journée de grisaille

le ciel s’illumine de rouge et de jaune flamboyant

En repoussant vers l’infini la horde de ces tristes assaillants

pour qu’en refermant la page , les larmes soient pris en tenaille.

 

Des lambeaux de soleil déversent cette couleur

pour donner au ciel des allures de vainqueur

pourtant tout au long du jour ce ne fut que langueur

Mais le soir venu  la nature reprend de la valeur.

 

Vite oubliée la journée de pluie devant tant de splendeur

même si elle se moque de nous en disparaissant à notre regard

Elle se met à nu avec beaucoup d’impudeur.

 

Demain le temps virera au vent

puisque ce soir le ciel est incandescent.

Adieu la pluie, adieu les larmes, il en est finis le brouillard.

 

Copyright mai 2015 

 

 

La voie lactée

 

Dans le regard de l’enfant je vois du rêve

Petit prince veut attraper les étoiles

Il veut se saisir de ces pépites d’or

plantés la tête à l’envers.

 

L’enfant dormant imagine voir la grande ours

accompagnée de ses petits oursons

voyageant dans les cieux 

pour le plaisir de nos yeux.

 

 

Il s’est endormis dans les bras du Centaure et de celui du Sagittaire

Sa nuit est peuplée d’étoiles: les belles de la voie lactée

La lune paresseuse se voile d’un halo de brume

elle fait sa coquette et réapparaît plus bas tout près du chariot.

 

 

 

Mais l’enfant qui dort est emporté dans le chariot 

traîné par des chevaux et s’imagine étoile filante

galopant dans les plaines du firmament

sous le regard attendrissant de la voie lactée.

 

Images du WEB ajoutées pour illustrer mon texte une fois écrit.

L'attente du printemps

Voilà mars qui montre le bout de son nez

j’attends celle qui a le printemps au bout des ailes

Née l’an passé, ma jolie petite hirondelle

c’est une coquine, elle est en train de flâner.

 

Un nouveau cycle va commencer

elle viendra nicher sous ma soupente

et là commencera la longue attente

et quand ils seront nés ils pourront s’élancer.

 

Mais pour l’instant le manteau n’est pas encore fleuris

La neige, les grêlons nous jouent la dernière partition

avec le froid, la tempête aucune négociation

le soleil est encore fort pâle c’est un parti pris.

 

Ce n’est plus un secret que ce mois prépare le printemps

Ce sont d’abord les perce-neige qui nous l’annoncent

lorsque les derniers frimas partent en traînant des pieds, ils renoncent

à la glace qui  laisse entrevoir le ruisseau miroitant.

 

Nous voici à la lisière du monde

Sous les rayons du soleil embrumé

se mêlant aux volutes de la fumée

pour le printemps nous ferons une ronde. 

 

EvaJoe février 2015 Copyright

 

Eclipse de vie…..

 

 

Des nuages noirs s’amoncellent au fond de la vallée

Il y a dans le ciel comme des formes inhumaines

La nuit envahie peu à peu  l’après midi estivale

il fait si sombre que le lac en devient glauque

Une atmosphère de fin du monde s’empare de tous

Soudain on entend comme un bruit de cheval au galop

les éclairs embrasent les sommets et irisent de soleil la montagne.

C’est un orage  épouvantable mais il va apporter de l’eau au vieux barrage

Les enfants ont le nez collé au fenêtre

ils n’en croient pas leurs yeux, jamais ils n’ont vu cela

Pour eux cela devient un spectacle de sons et lumières

jusqu »au coup de tonnerre qui fait trembler les vitres.

Vite ils reculent au fond de la pièce, les plus jeunes mettent leurs mains sur leurs oreilles

d’autres gémissent et pleurent, quand soudain

les grêlons viennent étouffer leurs cris et font un bruit assourdissant

la cour et le jardin disparaissent sous une couche blanche

de petits les voici de la grosseur d’un œuf de pigeons

et, brutalement la pluie diminue seuls les grêlons s’en donnent à cœur joie.

Les routes sont des torrents de glace et le vent souffle en rafale.

Ce temps de folie a duré toute la nuit et au matin c’est la désolation, 

plus rien n’est debout, tout est chaotique, 

renversé, un paysage apocalyptique

Chacun cherche ses biens,  cet enfant un vélo, le jardinier ses outils, même le poulailler a disparu

On retrouve le salon de jardin bien installé chez la voisine.

A la fin de la journée le village a repris quelques couleurs

Mais il faudra du temps pour panser les plaies à l’âme et au village.

Mais on a découvert la solidarité d’autrefois ont dit les anciens,

ce soir ils s’endorment épuisés, demain sera un autre jour,

Mais il sera différent.

 

 

Les photos ont été mises après l’écriture de mon texte et non avant….Trouvés sur le WEB

EvaJoe copyright février 2015

 

Fascinante

Dans le secret des mers

Erre

Une crête d’écume

Une lame énorme

Belle!

 

Elle siffle et chuinte

et monte à l’assaut des frêles embarcations

ou des voiliers d’envergure.

Qu’importe elle se cramponne

et s’écrase  sur les rochers

jusqu’à pousser les bateaux sur la jetée.

 

Elle frémit de colère 

et s’abat sur les îles à fleur d’eau.

 

De couleur vert noir

elle se gonfle et monte haut et devient vert bouteille

A son sommet tremble une eau turquoise

irisée de soleil ambre.

Transparente!

 

Cette vague éclabousse de gouttelettes

qui bientôt se transforme en une douche glacée.

Au-dessus l’on aperçoit un diadème

Fait d’écume blanche

comme de la crème fouettée.

Le tout couronné d’une brume

en un voile de vapeur.

Irréel!

 

Et, flottant tout au-dessus il y a un arc-en-ciel

qui la protège du déluge du ciel.

Elle continue sa course imperturbable

et forme en s’allongeant un gigantesque éventail

 

 

 

Texte d’EvaJoe et photos du net sauf les deux premières offertes par Gibee notre Webmaster.

Jeux d’été

 

 

 

Dans les méandres d’un labyrinthe un enfant s’est glissé

un calepin et un crayon pour tout bagage

A pas compté il suit sa route sous un ciel sans nuage

Pour lui cette journée devient une véritable Odyssée.

 

Entre le chemin des fleurs, des pierres, du maïs et du blé

Le voici perplexe, s’arrêtant et furetant pour trouver sa voie

Au loin des cris, des rires , même un chien qui aboie

il y arrivera , il ne lui faut point trembler.

 

Il rêve de la chenille géante et du rodéo sur la vache

mais d’abord il lui faut sortir de ce chemin

où pour l’instant il joue à cache- cache.

 

Il est fier d’avoir réussis, il est nommé joueur le plus valeureux

Vite, cousins cousines courent vers le trampoline

Pendant que les grands arpentent le labyrinthe des amoureux.

 

En cherchant une balade pour emmener mon petit fils , j’ai retrouvé un lieu unique en son genre en France, tout près de chez moi:

le  Diverti parc  Si vous cherchez un endroit pour amuser petits et grands, c’est l’endroit idéal.Pensez y si vos pas vous emmènent en Bourgogne, il n’y a pas que le vin……

je m’en suis inspiré pour vous écrire ce texte, mes fils s’en souviennent comme si c’était hier, mais il y a 15 ans c’était le tout début et il n’y avait pas tout ce que l’on propose aujourd’hui.

Entre ombre et lumière

Dernière apparition du soleil enflammé

Qui embrase de caramel le ciel affamé

Et donne un avant goût d’une apothéose ruisselante

Dans des tons orangés, feux, jaunes avec un soupçon d’absinthes.

 

Sous la folie du ciel apparaît la ligne d’horizon

Dessinée par un maître inconnu venu d’une drôle de maison.

Celle qui relie la terre au ciel, l’espace d’un coucher.

Les couleurs massepain se teintent de rose et s’estompent effarouché.

 

Ici et là des filaments d’or retiennent notre regard

Abasourdis par cette féerie nous en redemandons comme des fêtards.

Puis doucement les lumières du jour lancent un dernier assaut,

Et, finalement vaincues s’éteignent en quelques soubresauts.

 

Et soudain au-dessus de nos têtes un rougeoiement nous dévoile des nuages

Aussi terrifiant qu’ils soient nous admirons un drôle de mirage

Où se jouant du soleil couchant des éclairs zèbrent le ciel

Pour laisser entrevoir un sortilège de feux d’artifice aux couleurs miel.

 

EvaJoe copyright Juin 2014 

 

Entre Aubrac et Auvergne

Je joue les prolongations jusqu’à mercredi prochain, j’ai besoin de me ressourcer pour écrire à nouveau, je vous propose mes photos sur le chemin de mes vacances.

 

 

Sur les bords du Gardon

 

 

Vers Nasbinal quelques parts sur le chemin de Compostelle

 

 

Et plus loin 

 

La liberté de  se ressourcer, toujours plus loin, au cœur de l’Aubrac

 

 

Chut ! Au cœur du silence…

 

 

Et plus loin encore….Elles sont arrivées les belles « Aubrac »

 

 

Elles ont les yeux faits, et les mâles l’on dirait des bisons…..

 

 

 

 

Une puis, deux, trois, quatre journées s’achèvent et  nous ne pouvions manquer ce beau coucher de soleil sur Aumont-Aubrac

 

 

Au détour d’une route l’insolite: Une pyramide en porte-à-faux, ainsi dénommé

 

 

Lorsque je suis passée dessous, j’ai demandé à la pierre de ne pas décider de se laisser tomber……Je préfère l’admirer que de la voir sur la route étroite.

 

 

 

En AUVERGNE, je ne pouvais pas passer à côté du Mont Mouchet, haut lieu historique d’un des grands Maquis Français, qui va commémorer les 70 ans de la bataille définitive  pour que nous soyons aujourd’hui LIBRES!

NE LES OUBLIONS PAS!

 

Ils avaient entre 17 ans et 74 ans ceux qui étaient sur le Mont Mouchet

 

 

C’était de l’Auvergne où je prolonge mes vacances jusqu’à  mardi 10 juin

A bientôt!

 

EvaJoe

 

 

 

J’imagine

 

 

J’IMAGINE 

Un parterre de fleurs multicolores

Né cette nuit avant l’aurore

Perce-neige, primevère, narcisse se dandinent

et pointent leur nez avant que je les jardine.

 

                                                                                                                                                         

 

Au détour du chemin là où les yeux se posent

sous la tonnelle où l’été l’on se repose

apparaît une majestueuse rose   

qui nous fait oublier l’hiver morose.

 

 

L’orchidée est d’une pure beauté

Dans mon jardin elle pose avec originalité

Mais dans le jeu de la séduction

Elle fait vivre la passion.

 

 

Une pivoine devenue cramoisie tant elle est timide,

A niché vers le petit chemin et cherche son guide.

Le trouvera-t-elle avec ce gui qui est aimé des  druides.

 

le muguet qui donne la prospérité

nous souhaite tout le bonheur du monde à perpétuité

Mais chut il faut être discret et ne pas l’ébruiter.

 

 

 

 

extrait de mon futur recueil: la farandole des mots fleuris

 

EvaJoe avril 2014 copyright

 

 

 

 

J’écoute

 

 

 

 

 

J’écoute

le bruit du vent

il passe 

dans les grands arbres.

Il joue 

avec vous

sur le chemin. 

Vous allez

au gré de son souffle.

Quelques pierres roulent

sous vos pieds.

Une halte près de la rivière

désaltéré.

J’écoute

vos murmures se mêlant au ruisseau.

La vue est immense,

sommet auréolé de blanc,

 

 

prairies aux belles vaches d’Aubrac.

Le temps s’enfui devant vous

la marche est belle

encore une journée qui s’achève.

Potage, aligot et fromages de pays

arrosé du champagne de la bergère.

La nuit s’étire

le sommeil vous enveloppe

demain une nouvelle journée

vous attend.

J’écoute votre souffle

et devine vos rêves.

 

EvaJoe avril 2014 copyright

 

Photos prises par mon époux sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

 

Si parmi mes lecteurs il y a des personnes qui connaissent cette montagne prise vers Aumont-Aubrac, mon mari et moi-même apprécieront.

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

 

Lorsque le rêve nous habitep1020054

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Suivez moi dans mon imaginaire

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo