Passeurs de mots

Ma petite famille d’ânes !

IMG_20150517_143405Sur une photo de Clara pour les Passeurs de mots sur le thème de mars

 

P1010281Ma petite famille d’ânes !

 

 Trois ânes dans un pré

Regardent passer

Les humains que nous sommes!

Douceur de l’instant

Nous échangeons ensemble

Compréhension!

Ni eux, ni nous

Arrivons à nous en aller.

Observation!

J’écoute et j’entend:

Nous sommes facétieux

Nous ne mordons pas.

Têtus nous ne le sommes pas

Mais nous réfléchissons.

Imaginez, nous ne voulons pas traverser 

Trop vite ce petit pont de bois

Aussi nous prenons notre temps

Avant de l’enjamber.

Puis nous portons 

Des bagages lourds

Pour soulager les marcheurs.

Aussi nous ménageons notre monture

Lorsque sur notre dos nous baladons

Des enfants.

 

 

 

 

 

 

Liberté si on en parlait….

Pour la communauté des Passeurs de mots sur le thème de la Liberté voici mon humble contribution

 

Mais avant de mettre mon article je vais vous faire un petit rappel :

 

Le concept de la Liberté d’expression est né sous l’ancien Régime, Ce fut l’une des premières conquêtes de la Révolution française. Cela fait même partie de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 

 

CELA NE DATE PAS D’HIER

 

En France on fait un amalgame lorsque l’on dit Liberté d’expression, on ne pense qu’a la liberté d’information ou à la presse écrite, mais cela englobe aussi livres, films, œuvres artistiques (chansons, poèmes), publications des divers médias, tracts et articles politiques ou syndicaux, toute parole publique, etc.

 

Par contre la Liberté d’expression peut nous amener à être censuré si on a transgressé la Liberté de l’autre, après ce sont les tribunaux qui s’en emparent et si par hasard ils nous donnent raison, cela fait jurisprudence et toutes personnes qui écrira ou pensera pareille ne sera désormais plus jamais inquiété. Je pense qu’il y a beaucoup d’exemples dans ce sens.

 

« La liberté d’expression vaut non seulement pour les « informations » ou « idées » accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives ou indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent : ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels, il n’est pas de « société démocratique ». (source WIKIPEDIA)

 

Mais cela 

ne veut pas dire avoir les mêmes pensées, la même opinion, les mêmes manières de sentir, de recevoir telle ou telle  phrase, tels discours, telle expression, voir tels dessins.

 

 

 

S’en aller à tire d’aile , certes ce n’est pas en volant je ne suis pas un oiseau, mais c’est juste une expression

Le plus beau moment de la vie c’est lorsque l’on est sans contrainte, le travail est derrière nous

Tel l’escargot on s’en va au fil des jours, du temps, sans contrainte.

Non que nous ayons notre maison sur notre dos,

mais notre Camping Car est notre maison pour des vacances itinérantes.

 

Nous sommes libre d’aller ou l’on veut tout en respectant la nature 

Mais quels voyages nous avons fait en France ou dans notre autre pays de cœur la Suède.

Allez je vous emmène en voyage

d’un bond  ou à dos d’oiseaux nous voici sur le pont qui relie le Danemark à la Suède

 

Imaginez le pont de Millau mais là c’est pour relier deux pays qui se sont fait au cours des siècles passés des guerres incessantes

et qui ont acceptés de relier leurs deux pays par un pont.

C’est un moment inouïe quand nous quittons le pont pour se retrouver sous la mer du Nord

Nous avions l’impression d’entrer de plein fouet avec l »eau…

 

 

Voyager sans contrainte

au fil du temps, en une étreinte

embrasser les mers, soulever des montagnes

Pour échanger, rencontrer plus loin que nos campagnes.

 

Aussi loin que nos pas nous portent nous croisons des visages

Des pays libres et d’autres sans liberté

Même en Europe certaines sont limitées

Ces regards sont chaleureux ou hagards..

 

Pour parler de Liberté regardons ce que nous en disent des écrivains, des poètes, chanteurs ou le commun des mortels….

Des phrases chocs qui sont plus fort que des grands discours

 

Nous l’avons tous chanté, fredonné ou lu….

 

 

P1000466

 

Avec leurs mots les enfants nous parlent de la Liberté!

 

Voici ce que j’ai relevé dans un journal fort chrétien : (La Croix) c’est le Père Luc Forestier,  prêtre de l’Oratoire et recteur de Saint

Bonaventure (Lyon) qui l’a écrit

 

Ce n’est pas seulement la liberté de ne pas croire qu’il faut affirmer et défendre, si nous confessons que notre foi en Dieu nous rend vraiment libres, mais c’est aussi la liberté de la caricature et de la moquerie. Je n’étais pas lecteur habituel de Charlie Hebdo, mais je reconnais bien volontiers avoir souvent ri devant les dessins concernant certaines réalités politiques de notre pays, mais aussi devant certaines caricatures du catholicisme. À l’époque des publicités télévisées sur une certaine Mère Denis vantant les mérites d’une poudre à laver le linge, un dessin de Cabu représentait « Mme Jésus » en train de faire la lessive m’avait bien amusé, quoique d’assez mauvais goût !

 

Si cela vous intéresse voici le lien

 

Le pape François est contesté au sein du Vatican, sa Liberté de parole est critiquée   (Emission de France 2 entre autres)….

Cela m’inquiète et me fait poser des questions…Je n »en parlerais pas ici……

 

Voici ce que je dis de la Liberté

 

 

 

 

 

Et je terminerais par les mots de Voltaire 

 

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »  Voltaire

 

 

Ainsi se termine le thème de janvier

mes remerciements pour leur participation à 

 

                                          CATHY                                               Liberté de pensée

CLARA                          Liberté

                    PARADISALIA                    Liberté          

                                                        PLUME                                                    La Liberté                      

                                                                                         CHEMIN-JE-T-AIME                                          J’erre-crie ton nom « Liberté »

                         MARTINE                               Au Zénith      

                                                                                                                                                     CHEMIN-JE-T-AIME                                                                            Libre-air-taie….d’Or                                                                                              

                                                                  KOUKOU42                                              Lettres essentielles        

                                                                                                               EVAJOE                                                            « Liberté » : Si on en parlait                               

 

  Si vous n’êtes pas allé les visiter faîtes-le! Parler de Liberté c’est beau, être Libre encore mieux, mais savoir ce que d’autres ont à nous dire de la Liberté c’est  s’ouvrir aux autres et c’est ainsi que je conçois le VIVRE ENSEMBLE, en plus vous faîtes tous partis de cette communauté…………………….  

Il faut échanger pour la donner et que d’autres voient qu’elle a mille visages et que de ne pas l’avoir (la voir) la vie est noire….      (EvaJoe)                                                           

 

 

 

Le vent tourne

A bout de ciel, à bout de cœur

Laisse voguer ton regard

Au loin un frêle bateau

S’éloigne à tout jamais du port.

 

Sur le fil de la tendresse

joue l’archet de la vie

en une douce mélodie

dont seul le vent à le secret.

 

Dans l’éternel solitude

passent des ombres

volant leur innocence

et clamant des désirs inassouvis.

 

Il ne reste rien sur la plage de notre enfance

Même tes pas se sont effacés

Je ressens l’ indéfinis

plus aucun fil ténu.

 

Au firmament de la vie

Je voyageais vers l’infini

En oubliant les maux

Perdus dans la marée de tes mots.

 

EvaJoe copyright août 2014

 

Et si le temps un jour se fige

tu sauras prendre sa main 

pour t’enfuir dans ce pays argenté

où le vent enfin aura tourné.

 

Des larmes à l'espoir!

Dans mes livres d’histoire que je feuillette encore

je gomme la folie des hommes d’un coup de crayon

mais je songe encore au sang séchant au soleil de l’été

comme celui versé naguère dans les tranchées.

 

Cent ans nous sépare de cette guerre de folie

Les hommes n’ont-ils donc rien appris

Des femmes des enfants sont là-bas sous le feu des bombes

Dans cette guerre qui ne dit pas son nom.

 

Le peuple souffre toujours sous le joug de ses chefs

hier comme aujourd’hui il y a des morts

Ici des milliers contre une poignée

Mais tous sont pleurés par des mères, pères sœurs et enfants.

 

Si deux peuples qui hier se haïssaient

Ont aujourd’hui réussis à se tendre la main

J’ai l’espoir qu’ailleurs il sera possible

Un jour de voir les amandiers refleurir.

 

EvaJoe août 2014 Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Insolite

 

 

Surgit de nulle part tu apparais à nos yeux

Petit soleil éclairant nos vies

illusion d’un jour pour une délicatesse inassouvis

Te voici espiègle se jouant de ce vert camaïeu. 

 

Prêt de ce mur de feuillage à l’expression idolâtre

Tu te baignes dans cette verdure 

Sortie tout droit d’un livre de la Comtesse de Ségur

Te voici seule mais capable de les combattre.

 

Un enchanteur d’un coup de baguette magique

Donne un aura de grâce 

à ta couleur jaune  dans cet univers archaïque.

 

En balbutiant mes mots je ne te fais point rougir

Tu restes là décider d’en découdre avec moi

Et je ne sais si tu es une illusion mais tu ne peux t’enfuir.

 

Pour ma participation à la  communauté des Passeurs de mots

 

Pour le thème du mois de juin :

Illusion, Mirage

 

 

 

 

Liberté!

Pour le thème du mois de mai de la Communauté des Passeurs de mots

 

Que vous inspire cette photo:

LIBERTÉ OU SOLITUDE

 

J’ai choisis LIBERTÉ

 

Loin des foules et de la vie trépidante

Un pas après l’autre je montais

Difficile de mettre un pieds devant l’autre

Mais la ville, ses fumées, sa pollution, ses cris

Je n’en pouvais plus, aussi je rejoignais les étendues désertiques

Les burons de l’Aubrac ou jadis coulait l’aligot.

En cette période de l’année il  y a quelques rares pèlerins de Compostelle

Mais moi je n’ai rencontré personne .

Certes je ne fuyais rien puisque demain ou dans quelques jours je repartirais

Mais en ce moment j’appréciais le calme troué de temps en temps par le cri d’une buse

le meuglement d’une ou deux vaches qui attendaient le gros de la troupe.

 

Au loin deux burons, aucun signe de vie, il n’y avait pas de fumée 

 j’étais seule, perdue dans cette immensité;

Enfin je prenais le temps de vivre, le temps de l’apaisement.

Suivre ce chemin foulé par des milliers de marcheurs

Qui, aujourd’hui devait faire grève, car depuis l’intersection plus bas

Aucune âme qui vive, pas un chat, j’étais seule mais libre.

 

A plein poumon je respirais l’air pur, il ne faisait pas chaud

Mais la pluie c’était arrêté de tomber

et la brume se jouait de moi, elle laissait planer quelques voiles

qui donnaient à la nature un aspect lugubre pour ceux qui avaient peur de se perdre.

Je savais où j’allais, je suivais mon chemin

Celui de la vie et de ma liberté, celui que je n’aurais jamais du quitter.

 

Il me fallait ce retour aux sources pour tourner la page

Dans ma tête j’entendais les cris des enfants jouant dans ces immensités

Les rires, nos folies de naguère, lorsque couché à même le sol

Nous flirtions mon amoureux et moi

C’était le temps d’avant, d’avant les incertitudes, les angoisses, le temps que je retrouvais.

Enfin, j’étais arrivé au but et je savais que désormais rien ne serait plus comme avant.

Ma liberté m’avait coûté chacun de mes pas, j’étais fatiguée mais pleinement heureuse.

Et tout là-haut lors-qu’enfin je me suis arrêtée

J’ai crié :

Libre je suis Libre merci !

Liberté, liberté chérie!

 

Je me suis réveillée, ce n’était qu’un rêve,

Sur la table gisaient les photos, ma photo,

Celle qui m’avait rendu ma liberté,

Le cher pays de mon enfance.

 

Ce texte est une pure fiction, je me suis laissée inspirer par la photo.

Je pars une petite semaine là-haut dans cette étendue où je rencontrerais les vaches « Aubrac » qui viennent d’arriver

Sûrement des pèlerins, des marcheurs.

Aujourd’hui je ne peux plus marcher mais je marche dans ma tête et cela me permet une grande LIBERTÉ.

 

Vous vous doutez que mon blog sera en pause, je ne pourrais ni vous lire, ni vous écrire. Là-bas on est loin de la WIFI.

Je vais me ressourcer;

Je vous embrasse et à la semaine prochaine.

 

EvaJoe

 

 

 

 

 

 

 

 

Le persiflage d'un poète!

 

C’est bien dans l’encrier 

Ou ma plume ne peut s’ennuyer

Que je vais persifler des mots moqueurs

Sans commettre aucune erreur.

 

Ne soyez pas perplexe

je vais vous entraîner dans un paradoxe

ou entre les pages de mon dictionnaire

se télescopent mes vers.

 

Je vous imagine déjà crier

Voir même vous contrarier

Pensez-vous que je ri

En écoutant votre plaidoirie.

 

En lisant de ci de là vos écrits

Songez à ma moquerie.

Mais je vais vous en faire une synthèse

Et vous le murmurer entre parenthèse.

 

Je suis sérieuse qu’est-ce que vous croyez

Mais je vous fais un pied-de nez

Mais quelle est cette gaudriole

Que vous nous faites avalez dans une fiole.

 

A tout vouloir critiquez

je vous sens trop impliqué

Je ne vais pas longtemps simuler

Que désormais vous me saoulez.

 

C’est en voyant passer les cloches

Que j’ai eu l’idée de vous en faire reproche

Mais c’est juste le temps d’un poème

Car vous savez que je vous aime.

 

EvaJoe avril 2013

 

 

 

 

Le temps

Sur une image d’EvaJoe

 

 

Pour la communauté des Passeurs de mots et pour le thème d’avril

 

Au tic tac de l’horloge

j’ai encore espoir que le temps m’interpelle

même si l’eau a coulé sous les ponts

et pourtant je t’ai parlé

j’ai même crié

mais tu ne t’es pas retourné

Tu as continué ton chemin

et moi je m’en suis allée.

Le temps c’est alors figé?

Pourtant

tu pars et tu reviens

chaque jour 

immuable.

En cherchant le bien

trouverais je ce que je cherche

en avoir toujours plus

je sais que c’est impossible

inexorablement

nous passons 

jusqu’au jour où nous nous en irons

mais toi tu seras toujours là

pour les générations d’après.

 

Il est 14 h 20 je cours

attraper mon train

l’esprit qui s’égare

et j’ai faillis ne pas te rejoindre.

 

Comme j’aime passé ces moments avec toi

l’horloge s’estompe dans la brume

je ne cours plus après les heures

je me laisse vivre.

Enfin, il était temps, le train part.

 

EvaJoe

 

 

D’une rive à l’autre!

logo communautéPour la communauté des Passeurs de mots je lance le thème du mois de mars (vous avez le temps )

 

 

Que vous inspire cette photo, chacun le dira à sa manière voici ma participation (toutefois je veux qu’une où les deux photos figurent dans votre article, d’avance merci)

 

Photo offerte par SOLEDAD

 

En haïku

 

deux rives soudées

un regard perdu au loin

barque de pêcheurs

 

Photo offert par Jodaya (pour mon deuxième recueil de poèmes)

 

En sonnet

 

Des rêves d’opaline assaillent mes pensées

en contemplant sur l’eau la barque de mon enfance

où naguère avec toi je suis partie en toute confiance

pour déposer aujourd’hui des mots romancés.

 

Ici point de ressac juste le doux clapotis de la rivière

Où nous partons  ensemble avec des idées de naufrage

cherchant le long de la berge des chimères pour s’abriter de l’orage

en livrant des combats dans une folie printanière.

 

Et lorsque la barque légère se conduit sans effort

J’entend sous le souffle du vent tes murmures d’amour

où debout contre pluie et bourrasque tu es mon toréador.

 

D’une barque en bois j’en ai fait un rêve de folie

la pêche ce jour n’était point miraculeuse

Mais je préfère rester dans la mélancolie.

 

En prose

 

Sur cette barque un jour tu es monté pour partir au loin et tout quitter pour cet homme croisé au bord du fleuve, qu’as tu fais de ta vie? A part voguer sur des flots, des mers ou des océans où là tu n’as pas trouvé ce que tu cherchais car tout était ici, au cœur de ta vie. Parfois les voyages forment la jeunesse mais d’autres lui ôtent tout espoir de vivre debout, car emporter par des folies on y laisse un peu de soi-même.

(Extrait d’un texte que j’ai écrit)

 

Trois façons d’écrire, chacun prends ce qui lui correspond, et écris un texte sous la forme qu’il lui plaira.

 

 

EvaJoe février 2014 Copyright 

 

 

 

 

 

 

 

Un souvenir inoubliable

Pour le mois de février j’invite les 

à écrire sur un souvenir logo communautéquel qu’il soit, au sens large du terme!

 

Voici ma participation

 

 

A la fin de la nuit passe un héron blanc

Comme une légère brise annonçant un matin savoureux

Le ciel s’emmitoufle d’un voile vaporeux

Et disparaît d’un pas nonchalant.

 

Aussi loin que mes yeux se portent je te revois

Un sourire sur tes lèvres, ton carnet à la main

Tu croquais les nuances de couleur au goût jasmin

Et j’entends encore le doux son de ta voix.

 

Un jour j’espère revoir ta figure

Et le temps du silence s’achèvera

Même la fontaine aura un  murmure.

 

La nature abrite tous tes secrets

Et  je perçois ton pas revenant des marais

Mon cœur bat en humant ton parfum scélérat.

 

EvaJoe Février 2014 Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

 

Lorsque le rêve nous habitep1020054

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Suivez moi dans mon imaginaire

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 

 

 

 

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo