sonnet

De vagues en vagues

 

 

 

EvaJoe copyright mai 2015

Les photos ont été prises à Arcachon et au Cap Ferret le 15 mai 2015

L'aïeule

Douce aïeule fatiguée par les ans

scrute le chemin parsemé de feuilles 

ses cheveux bouclés, un parfum enivrant pour le plus bel accueil.

assise sur son voltaire au doux velours grenas, elle attend

 

 

Son regard bleu est empreint de nostalgie

sur ses genoux dort un chaton roux

qui ne se réveille pas au son de la musique en froufrou

mais aime se coucher sur le livre de mythologie.

 

Des rires en cascade fusent dans la grande maison

une bande d’enfants envahit le salon

C’est la dernière génération qui fait son apparition.

 

Sur les joues satinées ils déposent des baisers

les plus petits délicatement sont portés

pour fêter l’aïeule pour ses 100 ans.

 

EvaJoe novembre 2014 copyright

 

 

Emois

 

Ses petits doigts d’enfants caressent ce visage

dompté naguère par un sculpteur d’argile

elle sent la froideur de la pierre en dentelle

mais elle reste de marbre devant l’outrage.

 

De ce corps immatériel elle ne voit  rien

Si ce n’est ce que son regard exprime

L’illusion de se perdre dans l’abîme

alors qu’elle est transfigurée par cet ange aérien.

 

Cet angelot fascine l’enfant, un sourire sur son visage

Alors que son vis à vis ne dit mots

et ne lui donne pas de message.

 

Sur un souffle de rêve elle ne le quitte des yeux

C’est la statue qui apprivoise l’enfant

en lui demandant de revenir en ces lieux.

 

 

 

 

Photos et texte d’EvaJoe, copyright

 

Ma petite nièce bientôt 2 ans a passé une partie de son samedi  à caresser ce petit angelot….Tantôt elle le touchait, tantôt elle lui prenait la main et comme ici l’embrassait ou le caressait….Nous n’avons pas manqué de la photographier.

 

 

 

 

Le baiser de feu

Dans le miroir incandescent de la vie 

titube le regard étonné d’une femme

qui se consume et s’enflamme

sous les baisers de celui qui l’a trahis.

 

Soulevant des gerbes d’étincelles 

Elle fuit ce lieu maudit

et fera la une des journaux en une tragédie

accompagné par le chant lancinant du violoncelle.

 

Ou la vie s’égare parfois naît la rosée

pour permettre à l’histoire de changer de cap

Et devenir pour l’éternité celle qui a osé.

 

Celui qui a pêché s’enfuit dans la nuit

Hué par les uns, maudit par les siens

pour disparaître à jamais sans un bruit.

 

EvaJoe copyrigth août 2014

 

 

Un voile de rêve

Imaginez le chemin serpentant là-haut

Et, le ciel sous un frisottis de nuages

nous raconte la vie dans un beau gribouillage

où sous le souffle du soleil,  vos yeux dévorent ce joyaux.

 

 

Un voile de rêve caché dans son sac à dos

il arpente les flancs abrupts de sa montagne vénérée

en montant toujours plus haut pour enfin se sentir libéré

Afin qu’au sommet il la découvre comme un cadeau.

 

Village au fond de la vallée, glaciers éternels

Du haut du sommet contemplons la nature

avant de regagner le refuge encore irréel.

 

Le soir avec la lune comme dernier rempart

nous fermerons nos yeux sur ces belles aquarelles

afin que  demain nous soyons prêt pour le départ.

 

Août 2014 copyright EvaJoe

 

 

Je m’absente une semaine, à bientôt!

 

A cette dame créole…

J’ai programmé quelques textes, vous me m’oublierez point

Je vous lirais à mon retour, merci !

 

 

 

 

Une musique lancinante s’élève dans la nuit

l’on dirait le cri du charmeur de serpent

brisant en un éclair cet éclat flamboyant

qui rythme le coucher du soleil qui s’enfuit.

 

Foulant au pieds le sable blanc qui brille

l’ombre doucement se déplace 

et ondule sous la caresse du vent  avec grâce

Pour terminer sa course en un quadrille.

 

Des couleurs massepains et oranges envahissent l’île

la chaleur est lourde ce soir

une effluve odorante de frangipaniers laisse une trace indélébile. 

 

La musique doucement s’éteint

j’entrevois la dame créole de Baudelaire

disparaître  dans l’écume de la mer.

 

 

 

Insolite

 

 

Surgit de nulle part tu apparais à nos yeux

Petit soleil éclairant nos vies

illusion d’un jour pour une délicatesse inassouvis

Te voici espiègle se jouant de ce vert camaïeu. 

 

Prêt de ce mur de feuillage à l’expression idolâtre

Tu te baignes dans cette verdure 

Sortie tout droit d’un livre de la Comtesse de Ségur

Te voici seule mais capable de les combattre.

 

Un enchanteur d’un coup de baguette magique

Donne un aura de grâce 

à ta couleur jaune  dans cet univers archaïque.

 

En balbutiant mes mots je ne te fais point rougir

Tu restes là décider d’en découdre avec moi

Et je ne sais si tu es une illusion mais tu ne peux t’enfuir.

 

Pour ma participation à la  communauté des Passeurs de mots

 

Pour le thème du mois de juin :

Illusion, Mirage

 

 

 

 

Au jardin des émotions

Texte écrit pour ma prestation de ce samedi 17 mai

 

 

 

Des fleurs de papier et des lambeaux de lune

Apprivoisent le regard en bousculant l’aurore

Où dans l’herbe verte se dandinent les boutons d’or

Chahuté par des jonquilles assez opportunes.

 

En caressant la glycine accrochée à sa tige de bois

La brume s’estompe laissant place au soleil

Qui traîne en un mirage des rayons de miel

Pour offrir aux lilas un baldaquin de soie.

 

Les corbeilles d’argent se pavanent au cœur de la rocaille

En entourant les pieds des lavandes au parfum sucré

Pour qu’enfin elles s’étreignent à l’ombre de la muraille.

 

C’est au fond du jardin où le lilas s’est enfin ancré

Que le murmure de l’eau en un grand caravansérail

Donne au jardin une splendeur de feu sacré.

Là-bas en esclavage, ici Libre!

 

 

J’ai maculé ma page de larmes d’horreur

En entendant son rire j’en ai eu des frissons

Jamais nous  leur donnerons l’absolution

Depuis des années ils font vivre la terreur.

 

 Aujourd’hui se côtoient la détresse et des heures graves

Leurs filles, leurs sœurs enlevées par des fous

Qui distillent leur venin parmi des voyous

Pour agresser, violer rendre esclave.

 

Au nom de la Liberté que nous chérissons

Ne laissons pas ces jeunes filles aux mains de leurs bourreaux

Il faut les combattre sans devenir des héros.

 

Dans les conflits, rapts, guerres, point de liberté

En ce 8 mai où en France nous la fêtons

Ayons une prière, vous qui croyez, ou une pensée si vous êtes athée.

 

8 mai 2014 EvaJoe copyright

 

 

 

 

 

 

D’une rive à l’autre!

logo communautéPour la communauté des Passeurs de mots je lance le thème du mois de mars (vous avez le temps )

 

 

Que vous inspire cette photo, chacun le dira à sa manière voici ma participation (toutefois je veux qu’une où les deux photos figurent dans votre article, d’avance merci)

 

Photo offerte par SOLEDAD

 

En haïku

 

deux rives soudées

un regard perdu au loin

barque de pêcheurs

 

Photo offert par Jodaya (pour mon deuxième recueil de poèmes)

 

En sonnet

 

Des rêves d’opaline assaillent mes pensées

en contemplant sur l’eau la barque de mon enfance

où naguère avec toi je suis partie en toute confiance

pour déposer aujourd’hui des mots romancés.

 

Ici point de ressac juste le doux clapotis de la rivière

Où nous partons  ensemble avec des idées de naufrage

cherchant le long de la berge des chimères pour s’abriter de l’orage

en livrant des combats dans une folie printanière.

 

Et lorsque la barque légère se conduit sans effort

J’entend sous le souffle du vent tes murmures d’amour

où debout contre pluie et bourrasque tu es mon toréador.

 

D’une barque en bois j’en ai fait un rêve de folie

la pêche ce jour n’était point miraculeuse

Mais je préfère rester dans la mélancolie.

 

En prose

 

Sur cette barque un jour tu es monté pour partir au loin et tout quitter pour cet homme croisé au bord du fleuve, qu’as tu fais de ta vie? A part voguer sur des flots, des mers ou des océans où là tu n’as pas trouvé ce que tu cherchais car tout était ici, au cœur de ta vie. Parfois les voyages forment la jeunesse mais d’autres lui ôtent tout espoir de vivre debout, car emporter par des folies on y laisse un peu de soi-même.

(Extrait d’un texte que j’ai écrit)

 

Trois façons d’écrire, chacun prends ce qui lui correspond, et écris un texte sous la forme qu’il lui plaira.

 

 

EvaJoe février 2014 Copyright 

 

 

 

 

 

 

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo