Un jour: une photo

Le pin de la mer d’Iroise

Cap Coz (photo de Gibee avec mes remerciements)

 

 

De la forêt de Fouesnant 

le pin s’est échappé pour jouer l’amiral

Adossé au littoral

Il file le parfait amour avec l’ océan

 

le doux clapotis fait place au bruit infernal

De la mer d’Iroise déferlant sur la plage

Qui, lorsqu’elle monte le chatouille au passage

Telle une maîtresse vénale

 

En minaudant dans ses branches

Le soleil cherche à l’ éblouir

Afin de le séduire.

 

 

Sous le souffle du vent

S’échappe un soupir

De leur amour émouvant.

 

Avril 2017 copyright

EvaJoe

 

La parenthèse murmurée…

Jpeg

En remontant le temps

je pars sur le chemin de mon voyage

Sous mes yeux

Se dessine une toile peinte par un grand Maître…

 

Une palette de couleurs immerge

p1010779

Une touche d’orange

 

p1010774

Une autre de bleup1010785

En voilà une belle vertep1010786Et celle -ci est argentée!

p1010837Les chemins d’Ô nous entraînent inexorablement dans les méandres de l’océan qui entre dans les terres !

 

p1010834p1010836p1010840Puis à nouveau la journée s’achève, demain est un autre jour que je vous conterais.

Car pour aujourd’hui je referme la parenthèse de mes vacances….

Sous l’œil de la montagne!

Pour la  Communauté des  Passeurs de mots

 

Avec une  photo de Clara sur le thème  de mai  Une photo: Des mots

 

 

En empruntant les chemins de solitude

pour découvrir des sentiers d’espérance

dans cette montagne âpre mais immense

en te contemplant je retrouve mes certitudes.

 

Chacun de mes pas me coûtent, mais là-haut il y a la plénitude

mais il me faut encore de la persévérance

En oubliant les tristes moments d’indifférence

pour atteindre ce lieu magique en altitude.

 

Marcher encore et doucement s’élever

en mettant ses pas dans ceux de ce cheval

Qui hennit dans cette montagne aux couleurs estivales

Pour enfin se laisser aller à rêver.

 

Lorsque le souffle de velours caresse la montagne

libérant des effluves venus des sommets

dans cette montagne on imagine sa vie entre des « guillemets »

buvant l’eau de la source comme on boit du champagne.

 

C’est dans ce décor sauvage que se célèbrent

les amours du ciel et du lac

sous l’œil de dame nature aux allures paradisiaques

qui repousse la ville et ses ténèbres.

 

Copyright mai 2015 

 

EvaJoe

 

 

 

 

 

 

L'ensorceleuse mer d'huile

Pour la Communauté des Passeurs de mots

 

 

Pour le thème d’avril : Une photo des mots

sur une photo de Martine

En prenant mes pinceaux, mes couleurs je rêve

 

Lorsque le ciel enfin se déchire

afin que l’heure soit plus douce

pour laisser le soleil s’en aller dans des couleurs rousses

 doucement il  s’étire

s’allonge, se laisse submerger pour enfin s’éteindre

dans des oranges bruns et violines.

 

En contemplant cette mer d’huile

je vois le peintre croquant sur sa toile l’instant présent

laissant passer ses émotions

et je rêve d’or et de roux s’entremêlant 

comme des amants assis sur la plage.

 

Captivé par une mouette qui doucement picore

à quelques encablures de l’embarcadère

où des bateaux en partance pour nulle part

restent accrochés au môle désert à cette heure.

 

Un doux clapotis caresse leurs flancs bruns

verts bleus ou rouges

mais dans cette nuit sombre où immergent des volutes carmins

ils sont comme des sceptres noirs surgissant du néant

Nous rappelant ces bateaux perdus dans les vagues rugissantes

 tels des fantômes  se heurtant sur des rochers ciselés au large de la pointe du raz.

 

Comme la pensée s’égare en contemplant l’image

l’on entends le ressac alors que la mer est d’huile

 

Alors laissant là mes pinceaux, mes couleurs, je rêve encore

 

Je balbutie encore quelques mots, qui deviennent écrits et

comme le ressac je pose mes mots encore et encore 

je fais mien

Cet univers maritimes qui fait corps

et, qui me prends au cœur

et enfin je m’endors.

 

Merci à Martine  pour sa photo, si je me laissais aller j’écrirais encore et encore…

Ecoutez la mer et laissez vous prendre à la magie de la photo et du ressac, comme moi, à votre tour vous allez faire corps ….

 

L’éclipse en Islande: J’ y étais : la preuve en photo….

 

En avançant vers ce point des cieux

la lune devient courbe et se fond dans la rondeur du soleil

De Phébus à Icare tous ont  levés les yeux

Le jour s’est fait obscur et l’astre solaire s’éteint.

 

Les ombres au sol s’allongent

En Islande la lune va éclipser le soleil

En grignotant petit à petit  l’astre solaire

Nous découvrirons  en ce jour les étoiles et les planètes.

 

 

La neige de blanche devient grise

le ciel prend des teintes incroyables 

Entre rose jaune vert , la température baisse

 

 

 

 

Le soleil à nouveau réchauffe le sol Islandais

il brille au firmament tel le roi de  ces lieux

et moi de mon fauteuil je rêve et vous offre ces mots

enveloppé de la douce chaleur du feu de mon âtre.

 

 

(Photographié de mon i.phone non pas en Islande mais devant ma télévision  cette nuit)

Etreinte

Pour la communauté des Passeurs de mots, voici ma participation

 

logo communauté

 

 

Sur le lac nimbé du doux voile cotonneux

tu songes à celui qui naguère

savait mener sa barque au bon port.

 

Entre l’homme et la barque que de folles étreintes

de l’un ou de l’autre nul ne savait qui était le plus amoureux?

Quand il prenait tes rames il les serrait si fort

Que dans ton cœur passait maints mots d’amour.

 

Parfois au soleil couchant il pêchait en rêvant de voyages sur les flots

Il parlait tout haut et tu buvais ses mots.

Puis doucement entre chiens et loups vous rentriez.

Toi au milieu des roseaux, lui dans sa cabane de pêche.

 

Tu es si vermoulu maintenant 

qu’il t’a peint pour l’éternité

Tu n’as vécu que pour lui 

car il t’avais façonné de ses mains..

Le temps

Sur une image d’EvaJoe

 

 

Pour la communauté des Passeurs de mots et pour le thème d’avril

 

Au tic tac de l’horloge

j’ai encore espoir que le temps m’interpelle

même si l’eau a coulé sous les ponts

et pourtant je t’ai parlé

j’ai même crié

mais tu ne t’es pas retourné

Tu as continué ton chemin

et moi je m’en suis allée.

Le temps c’est alors figé?

Pourtant

tu pars et tu reviens

chaque jour 

immuable.

En cherchant le bien

trouverais je ce que je cherche

en avoir toujours plus

je sais que c’est impossible

inexorablement

nous passons 

jusqu’au jour où nous nous en irons

mais toi tu seras toujours là

pour les générations d’après.

 

Il est 14 h 20 je cours

attraper mon train

l’esprit qui s’égare

et j’ai faillis ne pas te rejoindre.

 

Comme j’aime passé ces moments avec toi

l’horloge s’estompe dans la brume

je ne cours plus après les heures

je me laisse vivre.

Enfin, il était temps, le train part.

 

EvaJoe

 

 

Thème d’Avril pour les Passeurs de mot

 

 

 

Que vous inspire cette photo?

 

Je mettrais ma participation  courant avril car je m’absente jusqu’au 13 avril 

 

A vos plumes!

 

 

 

Le banc de nos vingt-ans!

 

Offert par ramaje47

 

Dans leur couleur caramel le banc et la plage s’étreignent passionnément

en nous cachant les histoires de ces adolescents  qui jadis venaient se confronter

Nous ne savons combien de phrases susurrées, ce banc pourrait nous raconter

Mais dans les mots gravés nous découvrons des amours en balbutiements.

 

Le temps distille un goutte à goutte de bisous sur des bouches carmins

le vent semble nous apporter des rires et des cris du temps passé

Ici il y a eu des drames, des retrouvailles et des amours qui se sont effacé

Mais aujourd’hui debout sur la corniche les amoureux sont main dans la main.

 

En se regardant l’un l’autre  les voici à nouveau sur le banc

Riant de cet hier qui n’est plu et s’abreuvant du temps présent

Tous les deux s’en souviennent pourtant il y a déjà vingt- ans.

 

 

Ils sont allongé sur le banc et se remémorent leur belle histoire

En se souvenant de leur union de folie sur cette plage

C’était par une chaude soirée de juillet qu’ils se sont noyés l’un dans l’autre.

 

EvaJoe mars 2014 Copyright

 

 

 

 

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

 

Lorsque le rêve nous habitep1020054

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Suivez moi dans mon imaginaire

cooltext167486945591431

 

T

Tibère, Perle de lune, deux des personnages principaux de mon conte pour

Enfants et aussi les adultes

Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 

 

 

 

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo