L’onde de soie

Dédicace à Tulipe Mary de Facebook

En passant comme une onde de soie en habit mauve

La glycine dédicace les marches de sa toison de fleurs

Qui en papillonnant sous le souffle du vent l’effleure

Afin d’offrir aux amoureux la plus belle des alcôves.

 

C’est une femme sensuelle qui au treillis s’enlace

Avec des fleurs en grappe qui tombent en cascade

S’arque-boute et minaude sur l’arcade

Pour que ses branches en liane l’épousent  avec audace.

 

La pluie violette s’épanche en croisant le regard de la pierre

Où la glycine envoûte par son parfum suave et avenant

Elle avance et tisse sa toile telle une ouvrière.

 

Sous la légère brise tu t’évanouies en perles de satin

Parant de milles améthystes les pierres croulantes

Pour laisser planer tes effluves  jusqu’au petit matin.

 

EvaJoe tous droits réservés mai 2017

Les magnolias

Sur ton tronc tourmenté

Les magnolias se sont accrochés

Donnant à ta stature un air enivré

En respirant leur parfum enfiévré.

 

Tes fleurs ! Papillons roses et blancs

Câline à l’infini et c’est troublant;

Tes calices s’ouvrant au ciel

Pour recevoir la pluie au goût de miel.

 

J’aime te contempler dans le jardin

Beau magnolia des petits matins

Tes fleurs éclosent et tombent en pâmoison

pour se confondre avec le plus joli gazon.

Merci à Hécate de m’avoir offert sa belle photo pour écrire ce texte.

 

Chimère !

Accrochée à la dague deux gouttes d’eau jouent la fantaisie

En se pavanant à l’extrémité d’une branche elles n’osent la frénésie.

Tour à tour elles jouent les caméléons pour se confondre avec le paysage

Comme des nénuphars qui seraient bien sage.

 

Le soleil pousse la fantaisie à séduire les eaux profondes

Pour embrasser et câliner les deux perles rondes.

Et dans un amour parfait il trompe dame nature

Pour prendre une autre allure.

 

Le temps est suspendu en ce matin voilé de vert

Et se complaît à titiller l’univers.

Ébouriffant l’onde pour offrir un anneau

Pour la plus belle des promesses de ces drôles d’oiseaux.

 

En cherchant dans le marais leur amour  perdu

Chuchotant mille et un sous-entendus

Il découvre ces deux amants éphémères

Qui,  sous la chaleur de la journée deviennent  chimère.

Que sera demain?

Nos politiques sont-ils  aveuglés de pouvoirs

D’intérêts personnels, fiers devant leur miroir.

N’ont-ils que de beaux discours ?

Écrits avec des mots rimant avec toujours!

 

Pour certains les mensonges ne leur font pas peur

Ils sont calculés, récités et trompeurs

Donnant espoir aux gens pour un monde meilleur

Alors qu’eux-mêmes en ont oubliés les vraies valeurs.

 

Parlez-nous d’un monde plein d’amour, de solidarité

Effacez les discours pleins d’ambiguïté

Nous voulons du respect, et de vraies valeurs

De celles que certains ont pourtant dans leur cœur.

 

La politique n’est pas qu’illusions

Nous sommes acteurs de notre propre vie

Nous existons sans être des pions.

En mettant un bulletin dans l’urne pour notre Pays

Le pin de la mer d’Iroise

Cap Coz (photo de Gibee avec mes remerciements)

 

 

De la forêt de Fouesnant 

le pin s’est échappé pour jouer l’amiral

Adossé au littoral

Il file le parfait amour avec l’ océan

 

le doux clapotis fait place au bruit infernal

De la mer d’Iroise déferlant sur la plage

Qui, lorsqu’elle monte le chatouille au passage

Telle une maîtresse vénale

 

En minaudant dans ses branches

Le soleil cherche à l’ éblouir

Afin de le séduire.

 

 

Sous le souffle du vent

S’échappe un soupir

De leur amour émouvant.

 

Avril 2017 copyright

EvaJoe

 

Haïku 37 Et vous quelle est votre passion

La passion qui me fait basculer dans mon imaginaire est aussi  celle qui m’entraîne sur les chemins de la vie!

écrire un polar

l’adrénaline est en haut

un cri dans la nuit

 

juste du bonheur _

c’est mon livre a l’impression

mon premier bébé

 

petit tour de France

dans mon joli camping car

coins pittoresques

 

écriture lecture

s’entrechoquent à l’infini

beaucoup de plaisirs

Le printemps

Mon petit fils était chez nous ce weekend, il m’a écrit un haïku sur le printemps le voici:

 

le printemps est là

les oiseaux sortent de leur nid

la joie du fermier

 

Et le mien

 

vision de neige

les arbres sont en fleurs

cerises rouges

 

 

Bonne fin de dimanche

 

 

Haïku 34 : embarquement immédiat en train

En faisant le tour de mes blogs amis j’ai trouvé qu’aujourd’hui c’était l’embarquement immédiat  pour les haïku avec comme thème le train, je me suis laissée chatouiller par l’envie d’en écrire quelques uns. Le sujet est tellement vaste, les trains ont tellement fait de progrès qu’il va falloir que je me freine…

 

 

poussif le train monte

de la suie sur leur visage

histoire d’autrefois

 

long couloir étroit

corail et micheline

bidasses endormis

 

passage du tunnel

un sifflement dans la nuit

réveil en sursaut

 

visite du musée

en voiture les passagers

pour un temps figé

 

attente sur le quai

la vitesse en TGV

il est déjà loin

 

les trains d’aujourd’hui

avalent les kilomètres

des vacances au bout

 

Dissertation poétique…

Comme disait Coluche c’est pas compliqué en politique il suffit d’avoir une  bonne conscience et pour ça il faut avoir une mauvaise mémoire.

 

Si lorsque vous parlez politique

je réponds par un discours humoristique

je profite de l’occasion

Pour jouer sur le fil de la dérision.

 

Est-ce une tournure sociale que l’humour

si rire de la politique est un compte à rebours

Alors je prends des chemins obliques

Et j’en deviens cynique.

 

L’ humour est une question de langage

Si Devos était là il en ferait usage.

Pour l’instant on nage dans la fiction

d’une eau trouble en  manque de réactions.

 

Ce n’est pas le rire que l’on communique

Comme l’humour noir évite la panique

Et arrive le temps d’un soir à nous dérider

Sans pour cela nous faire changer d’idées.

 

Si j’attends de l’un autres choses que des propositions

De l’autre j’espère qu’il va relever la nation.

En le faisant d’une manière adroite

Il est facile de se moquer de la droite.

 

Et tout autant  du milliardaire

que l’on voit forcément de travers

Désormais pour rire pas besoin des humoristiques

Même des présidents ont fait  polémique.

 

Les mots sortis de leur contexte créent la confusion

Dans le rire c’est toujours de l’illusion

Chez les autres c’est l’échec de la communication

et la langue de bois sans humiliation.

 

L’humour  peut réduire à néant les propos d’ hommes politiques

Car à chacun de ses discours le rire l’emportera sur l’éthique

Là n’est pas mon propos d’être dans la réflexion

Je suis juste dans le tempo de ma création.

 

Si l’humour est une thérapie

Avec la politique je frôle l’utopie

Pourtant tout n’est qu’interprétation.

Images fugaces

Sur la terre assoupie au bord du champ

Dort encore pour longtemps

La cadole enfouie sous les ronces

Des lambeaux de nuages cachent le bleu du ciel

Offrant à l’arbre solitaire un paysage d’aquarelle

Où la rivière s’enivre de sa couleur.

La poussière du jour efface le visage de la nature

Afin que la nuit s’entrouvre au mystère

Pour nous emmenez rêver.

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

 

Lorsque le rêve nous habitep1020054

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Suivez moi dans mon imaginaire

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 

 

 

 

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo