Là-bas

Les beaux discours n’ont jamais permis au  peuple de se libérer, la guerre n’est pas une solution . pourtant des hommes, des femmes se lèvent au nom de leur conviction, de leur engagement et acceptent de combattre l’oppression, la dictature, les crimes contre l’humanité. Je sais que ce texte fera naître des écrits qui peut-être n’iront pas dans le même sens. Mais chacun en son âme et conscience assumera ses mots. 

 

Je dédie ce texte à Nicolas et Antoine et à tous les autres qui ont donné leur vie pour la France, hier et aujourd’hui…..

 

Il est assis

La tête entre ses mains

Il songe

Au loin le bruit des armes

Autour le désert à perte de vue

Loin de tout

Loin de sa vie

Mais il  l’a choisis

Il l’aime ce qu’il fait

C’est le seul métier

Qu’il voulait

Qu’allez-vous penser

Qu’il aime tuer !

Non, il est là pour sauver

Des hommes, des femmes et des enfants

Loin de son pays

De sa vie tranquille

Là-bas sur cette terre hostile

Il fait chaud le jour

Si froid la nuit.

 

Il a mis sa main sous sa tête

il songe aux siens

Restés là-bas dans son pays.

Eux sont ensemble

Lui est seul avec sa conscience

Et ses hommes qui attendent

Il se doit de se secouer

Ici, tout se côtoie, la vie, la mort

Et son lot de malheur.

Il faut faire face

Se lever

Ne pas trembler

Les rassembler

Il va parler

 

 

Un silence dans le camp

Improvisé à la hâte hier soir

Après l’embuscade

Où trois des leurs

Sont morts

Morts pourquoi

Pour qui

Pour rien…

 

Il ne doit pas leur avouer

Ses  états d’âme

Son pessimiste

Face à une guerre qui n’en finit pas

Un conflit qui ne dit pas son nom.

Il faut se comporter en chef.

Ils sont assis à même le sol

Certains ont pleuré

D’autres têtes baissées, pleurent  encore

Leurs frères ! Leurs camarades

Tués par une poignée d’hommes surgit de nulle part

Chaque rocher, chaque trou

De là peut surgir l’ennemi

Ils le savaient, mais …C’est ainsi.

Ils sont morts leurs compagnons, amis, frères.

Leur sang a coulé pour une mission de la dernière chance

 

Lorsque les premières lueurs de l’aube

Ont éclairé la scène

Ils étaient debout prêt à repartir

Les mots de leur chef les ont galvanisés

Ils seront encore plus prudents.

Ils repartent pour la mission qui leur a été confié

Valeureux, ils savent l’être

Mais heureux ils mettront du temps à oublier.

 

Ce ne sont que des hommes

Pas des machines de guerre

Ils sont là pour sauver d’autres êtres humains

En évitant d’y laisser leur vie

Là où d’autres l’ont perdu.

 

Leur chef les yeux perdus au loin

Songe que la vie doit continuer malgré la mort

Ne jamais oublier

Mais aller de l’avant

Et, enfin un jour rentré au Pays,

Revoir les siens

Et serrer le petit dernier dans ses bras.

 

EvaJoe décembre 2013 Copyright

Une réponse à Là-bas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes
Le temps qui passe
Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo