Les défis

Une situation Ubuesque!

Le mois d’août a, 4 lettres nous avons commencés ce défi le 2 août et ainsi de suite chaque mardi.

C’est organisé par Renée

 

3ème semaine du mois d’août, on utilise le plus de mots possible commençant par 

U

Lorsque Ursule franchit le seuil de l’Université il ignorait la raison pour laquelle la reine Olive lui faisait des Oeillades. Il avait un ULM magnifique en était-ce la raison? Il était Unique ça il le savait! Mais le mariage ne lui faisait nullement envie, il préférait l’Union libre et priait Uranus, une divinité que ses ancêtres avaient crées de toutes pièces.

C’est un de ses potes qui l’avait présenté selon les Us et coutumes, pourtant il se sentait Utilisé depuis qu’il avait gagné sa couche.

Ces deux potes un Ukrainien et un Uruguayen l’enviaient, mais de quoi se disait-il? Il était Ulcéré de la voir lorgner son anatomie. Il n’était pas Ultra-royaliste plutôt Ultra-sensible quand il vibrait sous ses Ultrasons. Faut dire que la coquine savait le faire vibrer.

Ce matin Olive avait surgis dans leur chambre avec une robe Ultra-courte, il en avait rougis notre bel Ursule, non pas de plaisir mais de honte. Il y avait Urgence, il était grand temps de lui dire qu’il Usurpait la place de son cousin. Il était temps car la situation devenait Ubuesque.

Mon cousin se nomme aussi Ursule, il est Unijambiste mais il porte encore très bien son Uniforme, je pense que c’est lui que tu attendais pour t’aider à gouverner. Tu pourras l’Utiliser pour tes jeux de nuit, car ses outils sont toujours à la hauteur, moi je suis Usé il est temps que je retourne à l’Université, depuis que je suis avec toi j’ai de l’Urticaire.

Je veux retourner à Uzès Usez de mon charme auprès des Universitaires venues tout droit d’Ukraine et qui convoitent les beaux Uzétiens. Je trouverais chaussures à mon pieds.

Olive voit rouge  et lui crie : 

– Non, tu es mon Universitaire et tu me plais l’autre travaille en Usine et je n’en veux pas, je te préfère, aussi tu restes sinon je me T
– Tu te Tues?
– Non je me Taillade les veines
– Taillade Toi ce que Tu veux et je me Tire à Tananarive!

Olive et l’Oligarchie

Pour Renée avec un peu d’avance voici la deuxième lettre d’AOUT o pour aout

 

 

 Olive a constitué son gouvernement , il y a quelques Olibrius et autres Ostrogoths de sa connaissance, mais c’est elle qui détient le pouvoir, Olive est la seule Organisatrice du travail. Tout le monde lui doit Obéissance, sachant qu’elle n’est pas Objective il va y avoir du bazar.

Olive n’a aucun Objectif, elle est tout au plus Obnubilée par son propre nombril, narcissique à souhait! C’est son côté Obscur qui la pousse à être Obséquieuse mais tout de même  elle est Observatrice, c’est ce qui lui a permis d’Obtenir un Oui aux dernières élections.

A cette Occasion elle en a profité pour Occire son chéri et s’en débarrasser sans autres formes de procès. La voici désormais seule aux commandes de son Ovni qu’elle ne sait point diriger. 

Les soirs elle joue à son amant Octavio  du violon sur deux Octaves, et quand il pleure elle lui Octroie avec parcimonie deux baisers sur sa bouche grande Ouverte! Ensuite elle pratique l’Oeuvre de chair et se retape devant des Oeufs au plat.

Chaque matin son Officier d’Ordonnance vient aux Ordres d’Olive, il Officie Officieusement mais il est grassement payé, aussi il ne s’Offusque pas de ce drôle de deal!

Olive passe auprès de son peuple pour une Oie blanche, mais Octavio lui trouve des airs d’Oiseaux de Paradis,. Hélas leur fille Olympe et son frère Olivier ont pris une couleur Olivâtre, là-dessus il a son Opinion, mais hélas il n’a pas droit au chapitre, il est juste le prince qu’on sort et qu’on rentre… S’il avait l’Opportunité de s’en aller il le ferai mais cela jetterait sur sa modeste personne l’Opprobre de son Olive, et puis il le sait elle le tient par ses Oranges ( le mot usuel est censuré) Hi hi!!

Ce matin il lui avait Offert une belle Orchidée blanche immaculée, mais elle l’a piétinée, il ignore la raison de son courroux, possible que ce soit l’Odeur, il ne sait plus, il est perdu. Depuis ce matin il Oscille entre Orgueil et Obscurantisme.  Car la nuit il n’a pu être à la hauteur, son Organe sexuel n’a pu se lever et Olive la jeter dans une Oubliette.

Depuis elle a fait appel à un Ougandais qui a de meilleurs Outils et qui répond au doux nom d’Ursule

Abracadabra il a Abdiqué!!

Au secours j’ai oublié Renée! C’est avec du retard dû à mes balades en camping car que je l’ai mise dans les oubliettes (futur défi de la semaine Avenir)

 

Abracadabra nous dit Anatole

Nous allons causer A bâtons rompus

Entre deux Averses.

Ce matin en faisant mes Abdos

Je suis resté Abasourdis

devant l’Abdication

de notre majesté 

Alphonse 4ième du nom.

Avec son Allure d’Adolescent

Il n’inspirait pas la confiance

il papillonnait comme une Abeille

et nous Abêtissait

cela en devenait Aberrant

Il était plus Absent que présent

Comme il a bien fait d’Abréger sa présence

Mais hélas

sa fiancée l’Avare

s’est Accaparée de sa couronne

j’en suis Accablé en ce début d’Août

C’est ainsi qu’Alphonse passé la main 

A  Olive

 

 

Ma lettre (pour un défi de l’annuaire)

Je suis première à la lettre pour la Saint Valentin, aussi la voici;  bravo à tous les participants

 

Il y avait des mots imposés, les voici dans mon texte en caractères gras.

 

Mon Amour, mon cœur,

Au-delà de tout ce qui nous unit et bien que nous soyons fort éloignés l’un de l’autre, je te revois toute jeune fille, fleur en bouton, brûlant de ce feu que je n’arrivais pas à éteindre tant tu te consumais d’amour pour moi.

Ton parfum épicé me hante jour et nuit, mélangé à l’odeur de ma pipe. Je laisse vagabonder mes pensées en poussant le wagonnet de la mine d’or où je fais mon business  en ce moment.

J’ai lu dans ton dernier courrier que tu regrettais le temps où j’étais facteur quand nous nous voyions chaque jour pour nos ébats frénétiques. Je vois que je te manque et que tu as toujours besoin de moi.

 Aussi, mon Amour, mon cœur ai-je décidé de rentrer pour la Saint-Valentin. Mais auparavant éloigne ta tante Marcelle, cette vieille fille pugnace et hypocrite, si elle traîne dans nos jambes, je lui filerai une beigne ou un coup de louche. Mais j’espère ne pas en arriver là,  sinon nous serons obligés de courir afin de nous réfugier dans la vieille grange ou je dévorerai ton corps comme naguère.

J’imagine ton regard de feu me lancer des éclairs, et je me sens tout émoustillé par nos futurs jeux. J’ai réussi à trouver ce que j’étais venu chercher ici, je te ferai monter la plus belle bague et je te la passerai au doigt avant de  nous envoler en voyage de noce.

Mille baisers de ton Valentin

Nuit sensuelle, nuit d'ivresse

J’ai déjà mis ce texte hier sur mon blog le défi mais comme beaucoup d’entre vous ne venez qu’ici je le remet ….

Vu que c’est un poème avant d’être un défi, il a bien sa place ici.

 

 

Florence m’a lancé un défi, écrire un poème sensuel

je lui réponds avec mes mots en rimes….

 

 

Sur la plage en ce soir d’été

elle dansait nue sous un voile nuptial

il la contemplait tel une étoile,

Elle était  seule abandonnée.

 

Son corps ondule doucement

elle l’affole, le trouble, il la désir

fasciné par son corps il ne peut s’enfuir

l’a-t-elle vu ou fait-elle semblant?

 

Soudain elle ôte ce voile qui ne cachait rien

Effleure et caresse ses deux seins

Elle se penche il voit le creux de ses reins

 comme il aimerait labourer son doux terrain.

 

Comme un aimant il se sent attirer 

l’amour devient braise quand la peau frissonne

Il la sent lascive et friponne

Son corps se tend à se briser, il se prend à soupirer.

 

Il la voit passer sa langue sur ses lèvres, elle joue de lui

D’une enjambée le voici près d’elle

Elle s’offre comme une fleur sensuelle

il sent qu’il va la cueillir comme un fruit.

 

Elle entrouvre  son cœur et partage ses rêves

Ses mains de velours doucement la soulève

Et saisissant les mots pour en suivre le fil

Il tisse sur sa peau des caresses de cils.

 

Mange-moi comme une friandise

laisse-moi voyager au pays des sensations

Dévore-moi et laisse aller tes pulsions

Déguste-moi comme une gourmandise.

 

Les voici nus, leurs lèvres s’unissent

ses mains la  frôle attisant  son plaisir

Elle gémit et réveille son désir

En donnant l’extase à son pénis.

 

Moissonnant la nudité de son corps

l’ivresse de leurs nuits naît en un accord

La muse  entrée dans cette chambre close

se donne au plaisir de la fleur éclose.

 

C’est une odeur de santal qui ravive ses sens

Tel une brise marine venue d’ailleurs

Dévorant le soir comme l’oeil d’un voyeur

Où sur la soie de son corps il en boit l’essence.

 

De ces élans fougueux naît une jouissance

Dévorante de passions et de baisers fous

Maraudant  le creux de ses reins sans tabous

 Épris de cette déesse il vint sa réticence.

 

L’ onde de choc  terrasse sa partenaire

Elle gît inanimée dans la pâleur lunaire

Et sous son regard de braise, frissonne.

 

Les lueurs de l’aube éclaboussent le crépuscule

Poivré de menthe sauvage, ils s’éveillent incrédule

En effaçant leurs murmures par un drôle de silence.

 

Puis à nouveau leurs corps s’emmêlent 

Et recommencent leur corps à corps endiablé

A nouveau elle est indécente, mutine mais troublée

Alors ils  assouvissent  leur folie en une étreinte charnelle.

  

Il est de braises et joue de ses charmes

il fait mine de s’éloigner mais la prends

elle, vaincue, gémie et rends les armes.

 

Éveillant des parfums séculaires en gouttes d’eau

Où les ondes de plaisirs s’entremêlent

Il souffle la passion sur la soie de sa peau.

 

 

EvaJoe Janvier 2014 copyright

 

Lettre de la Saint Valentin

 

Les mots imposés sont en gras dans le texte

 

Pour ma participation aux lettres de la Saint-Valentin sur l’annuaire pour les nuls

sur une idée de Domi (Dimdamdom59)

Pour un public adulte … Rire!

 

 

Mon cher petit Valentin,

 

Ce n’est pas ton épouse qui t’écris elle vient de te quitter, elle m’a même claqué la porte au nez et envoyer à la tête sa vergeoise.

Elle portait le jean marron que tu lui as offert vraiment c’est une idiote que de te quitter le jour de la Saint Valentin, elle ne rate pas une occasion de faire sa cruche.

 

J’ai du mal à la comprendre, mais ne parlons plus d’elle, je vais te fêter dignement, tu le sais tu as tout à y gagner. Voici mon amour comment j’entrevois l’avenir, notre avenir. Pour plus de commodité nous habiterons chez moi. Tu verras j’ai changé le dispositif de ma chambre, tu vas aimer notre nouvelle couche à même le sol comme tu m’as dit en rêver. Chez toi c’est mort et vu le goût de ta femme je préfère que nous recommencions tout à zéro.

 

Ne rentre pas trop tard car le jour de la Saint Valentin météo France annonce de la neige. Mais je sais que tu t’en moques car nous allons passer de longues heures assis au coin du feu et tu verras comme ma douceur va s’accommoder à la dureté de ton glaive. J’en rêve tous les jours je sais que l’on s’enverra en l’air pour célébrer dignement nos retrouvailles au grand jour.

 

Ta maîtresse

Au goût des mots

Suite au dédale de mots de mon ami Noctamplume je me suis laissée entraîner dans son questionnement, aussi je vous livre ce poème fruit de mon élucubration. J’ai dû me perdre dans son
dédale mais je le remercie j’en ai fait un texte!

 

Les mots susurrés, murmurés parcourent nos sens

Ils nous donnent des frissons et nous bousculent

Dans le grimoire de la vie ils sont dans la phrase avec une virgule

Leur consonance est tour à tour tendresse, chagrin, voir danse.

 

La mélodie du mot à mot se conjuguent à tous les temps

De l’adjectif au verbe en passant par le nom tous sont des mots

Il ne faut les donner en pâture sinon ils deviennent maux

Lorsque la Muse s’empare de l’esprit du poète le voici combattant.

 

Et sur notre feuille blanche les voilà nos complices

Ils savent jouer, entendre et se poser avant le point

D’autres mots plus violents nous donnent des coups de poing

Mais ils reconnaissent l’encre sentant bon la violette, les voici délice.

 

Certains vont devenir lettres de rupture, délaissant l’amour

D’autres s’envolent dans des mots ardents et sont heureux

Ils ne voient pas le mal et ne boudent le plaisir des bienheureux

Qui reçoivent ces mots qui resteront gravés en eux pour toujours.

 

D’autres encore nous bousculent dans nos vieilles habitudes

Sans oublier d’où viennent nos rires ou nos chagrins

Ils emportent nos folies, au gré d’un tambourin.

Et viennent de fort loin pour créer nos certitudes.

 

Lorsqu’ils se font velours et se heurtent au point d’exclamation

Ils font le gros dos pour interpeller nos esprits

Risquant parfois de se heurter au mépris

Ils savent qu’ils gagneront car ils sont passion.

La petite voltigeuse

 

 

Sur un fil tendu une fillette marche

gracieuse et belle , elle n’est que sourire

elle fait une révérence pour nous séduire

 met ses bras au dessus de sa tête en une arche.

 

Puis, doucement elle donne du mouvement

de droite à gauche le fil se balance

dans la salle il y a un grand silence

chacun suspend son souffle c’est géant .

 

Lorsque tout à coup la fillette glisse

après une drôle de pirouette elle atterrit

dans les bras de son partenaire; c’est une féerie

la foule debout applaudit, elle sourit complice.

 

Pendant sa chute, son visage est resté impassible

pas une seule fois elle n’a paru avoir peur

tout cela est bien trompeur

elle ne peut montrer sa frayeur et doit rester inflexible.

 

Les paillettes tombent autour des voltigeurs

ils ont donné le meilleur d’eux mêmes

le public le sait et les aiment

car chaque nuit ils recommenceront  encore. 

 

 

La plume et l'image

      MERCI A ROGER DE M’AVOIR OFFERT CETTE PHOTO POUR ILLUSTRER MON TEXTE, pour ceux qui ne connaissent pas ces magnifiques photos voici le lien de son blog:

 

link

 La-plume-et-l-image.JPG

 

 

Naguère au fil de l’eau j’allais à la dérive

lorsqu’une main de soie m’ a donné des caresses

depuis je suis devenue sa plume tendresse

pour écrire des mots  d’amour dans des missives.

 

Avec mes mots naissent de sublimes images

ou tour à tour apparaissent des vagues ensorceleuses

des sommets enneigés et des  pics auréolés de rose ,

dont la photo en ce jour leur rend hommage.

 

J’aime courir sur ces pages vierges

imaginant la brume happant la forêt

qui laissent surgir  des biches à l’arrêt

se désaltérant le long des berges.

 

Les mots font des farandoles en belle calligraphie

ou la magie rencontre l’instant délicieux

ou le lecteur découvre le texte, ému et silencieux

oubliant jusqu’à sa propre existence, il se l’approprie.

 

Sous ces yeux noyés de larmes il découvre une sensation

les merveilles du monde sont là dansant sous ses yeux

sans bouger de sa place il va à la rencontre de ses lieux

ou le texte et l’image en une apothéose sont leur création.

Dans le dédale de mes peintures

Il y a des balades qui coûtent un max

moi les miennes sont des mots

voir même  mes peintures

Si vous ne me suivez point

vous êtes certains de vous perdre.

 

En route pour un voyage

au pays du mirage

 

Un-village-au-loin.jpg

Sous le soleil de plomb

aux effets changeant

le village blanc

dort 

sous la torpeur.

 

En route pour le sud de la France

il faisait encore beau

j’ai rêvé de la Provence

en une nuit il est né ce tableau

Qu’importe ce n’est pas du Gauguin

ni même du Matisse.

C’est un village de Provence

ou il fait bon se reposer

Village-provencal.jpg

 

Dans la douce quiétude de ce petit ruisseau

qui fleure bon la lavande, 

notre promenade n’est point terminé

en avant remontons vers les sommets

 

 

La route Napoléon, voulez vous la suivre

Nous partons du sud

jusqu’à Grenoble

en route nous voyons cette montagne

en forme de dents

elle culmine à 2086 m d’altitude

le voici  sous un soleil couchant

de fin d’été

Le-mont-Aiguille.jpg

Elle a pour nom le Mont Aiguille

(peinte d’après une photo de calendrier, en cherchant sur internet je l’ai trouvé en photos link

 


Mais l’appel de l’exotisme 

m’a permis de peindre cette toile

qui demain aura sa jumelle

mais en décalée

les deux femmes par la main se tiendront

Ombre chinoises ou le dos au soleil …

A vous de rêver

L’interprétation de mes rêves est ouvert 

là ou vous voulez aller

là ou je vous emmène….

 

ombre-chinoise-imaginaire.jpg

 

La dernière crie son désespoir

d’être mise à nue sur mon blog

elle , la femme vêtue de noir

est juste une ébauche

 

 

C’est une primeur, alors chanceux ou triste de voir une horreur, rire…Jugez moi pas trop méchamment ahah!!

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo