Mes cris

Des mots de soie

 

 

 

 

Avec du recul je sens que je ne puis complètement abandonnée mon blog, il me manque, il est moi, il est en moi. C’est ma soupape de
bonheur, mon Univers.

 

J’ai besoin de m’exprimer, de laisser venir les mots, d’écrire à ne plus savoir quoi faire de mes textes et si je les enferme dans ma
tête alors qui viendra me lire.

 

J’ai tant de choses à dire, trop d’imagination, il est possible que j’écrive aussi beaucoup de proses car je suis taquinée par je ne
sais quoi, c’est comme un brin, j’allais dire un grain de folie qui me pousse à offrir des textes que j’invente au fur et à mesure.

 

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent jamais d’avis, selon le dicton…

 

J’irai vous visiter à mon rythme car je continue d’écrire pour que mon livre voie le jour. Pour ceux qui ne viennent pas sur les
blogs, ceux qui ont envie d’avoir un livre de moi.

 

Je vous offrirais des mots enveloppés de papier de soie, des mots délicats que vous savourerez à chacun de vos passages chez
moi.

 

Merci de votre fidélité à mon blog malgré mon au revoir.

 

EvaJoe

 

 

Ce n'est qu'un au revoir

 

 

Toutes les histoires de notre enfance commencent par « Il était une
fois » Aussi je ne vais point vous décevoir car je vais vous racontez une histoire, elle sera courte, mais j’espère que vous comprendrez, enfin ceux qui me lisent, car les
autres…

 

 

 

 


Entrebâillée sera ma  fenêtre

Car j’ai du mal à la fermer

Mais je me sens enfermer

Je reviendrais un jour, peut-être.

 

Je quitte la blogosphère

Pour un temps indéfinis

Ce n’est pas une fuite en catimini

Je ne veux plus me laisser faire.

 

Attendre le bon vouloir de ses lecteurs

Espérer les voir venir et puis rien

Pourtant j’aime ce lien

Qui nous unit au fil des heures.

 

Je pars sur la pointe des pieds

Sans tambours ni trompettes

C’est juste une tempête

Qui a fait s’envoler mes papiers.

 

J’ai des projets plein  la tête

Je ne suis pas sans imagination

Je prends une récréation

 

J’ai un livre, deux livres en préparation

Aussi pas de place pour la fête

Mais je la laisse à mon inspiration.

 

Vois les…

 

Ecrit dans la foulée des jeux Olympiques, le titre est un jeu de mots, à vous de le comprendre, je ne
 veux point faire d’histoire mais je tenais à ce texte.

 

Au nom de la liberté d’expression baffouée assez souvent…..

 

 

Je ne veux pas prendre part à la conversation

Encore moins rentrer dans la discution

Je n’aime pas le scandale

Surtout au ras de leurs sandales.

 

Je ne veux pas polémiquer

Encore moins tout critiquer

Mais avouez que c’est comique

D’aimer se donner des coups de trique.

 

La source de mes inquiétudes

Se logent dans mes certitudes

Evitez de faire de l’ombre

Et vos vies seront moins sombre.

 

Il suffit de ne rien dire

Pour éviter de vous maudire

Oubliez vos idées toutes faîtes

Et participer à la fête.

 

 

 

Les larmes

 

 

A trop vouloir penser

j’en avais le coeur tourné

la tête à l’envers

et j’en tremblais

Qu’importe le temps

les années

jamais je ne t’oublierais

Si mon chagrin s’estompe

Je garderais de toi

 ton sourire

ta droiture, ton envie de vivre.

 

Les larmes à mes yeux

ont un goût d’embrun 

Je pleure ton départ

et de ne plus te voir

j’ai peur dans le noir.

 

T’ai je assez dit que je t’aimais

si je ne te l’ai dit

tu l’as ressentis

Mais le temps passe

et rien ne s’efface

les étoiles au firmament brillent

tu es déjà l’une d’elle.

Pour moi tu es la plus belle.

Tu as rejoins ceux que tu aimais

qui avaient déjà pris le chemin

c’est un aller sans retour.

 

A trop vouloir comprendre

je n’ai pas de réponses

je sais que tu es là

pas présente

mais de l’autere côté

c’est l’envers du décor

mais je le sais

je le ressens

ainsi va la vie

même si je ne te vois plus

nous devons continuer.

 

La douleur s’efface

le temps passe

les souvenirs resteront

je sais que tu me manques déjà

De mon doigt je caresse ton visage

Sur cette belle photo

Que tes enfants m’ont offertes.

Même si tu es à des années lumières

Je te sens près de moi.

Je t’aimes tant

Rien ne sera plus comme avant.

 

Mes larmes sont douleurs

Leurs larmes sont chagrins

Nos larmes se mêlent

Tu n’es pas loin,

tu es partis pour ton dernier voyage.

Mes larmes oui, mes larmes

Nos larmes, nos larmes

emplissent le fleuve

pas toujours tranquille

Il a débordé….

Il a recueilli nos larmes.

Ainsi va la vie jusqu’au bout

de la vie et…

Au revoir .

 

 

 

Adieu Eliane

 

Tu viens de t’en aller, j’entends ton dernier fou rire résonner à mes oreilles, c’était quand je ne sais même plus, jeudi,
vendredi, je ne sais plus, mes yeux sont brouillé par les larmes. Tu t’es battue contre ton cancer, puis là tu étais hospitalisée pour une greffe de la moelle osseuse. Elle avait réussie, tu en
étais heureuse, mais tu savais que cela comportait des risques, mais nous pensions que tu les avait surmonté. Puis jeudi un mal de dos te faisait souffrir cruellement, tu ne savais si c’était le
vélo que tu faisais pour retrouver tes muscles ou le fait que toi, une battante tu étais plus souvent couchée que debout.


Mais ce jour de la semaine passée ou tu riais de mes facéties j’entendais ton souffle, il me semblait bizarre, mais je ne
t’ai rien dit, aujourd’hui on parle d’alerte cardiaque, puis cet après midi on t’avais plongé dans un coma artificiel, puis ce soir c’est….


 

Tu es partie je ne pourrais plus te serrer dans mes bras, notre livre ne peut rester inachevé, je te le dédierais quand je
l’aurai publié, je mettrais tes dessins, ceux qui illustrent mes premiers textes. Les autres n’en n’auront pas. Qu’importe, je ne voulais que toi comme dessinatrice. 


Tu vas tellement nous manquer surtout à ton mari et à tes enfants et surtout je pense à tes petits enfants et aussi à ton
filleul. Tu as rejoint tes parents. 


 

Cet après midi comme c’est étrange je  relisais le texte que tu m’avais écrit pour mes 60ans, tu parlais de nos fous
rires surtout ceux de Rome et de nos chagrins mais tu disais que c’est ainsi que la vie va , comme un fleuve pas toujours tranquille…


 

Oui le fleuve est tarri, il n’a plus d’eau ce soir, sauf les larmes de ceux qui te pleurent.


Nous ne jouerons plus au scrabble par écran interposé comme ces dernières semaines et encore nous n’avons pas assez joué
ensemble, mais il fallait aussi que tu joues avec d’autres. Mais on se téléphonait, je te soufflais des mots parfois et têtue comme tu étais tu ignorais mes conseils et tu en riais. Je garderais
de toi ton rire et toutes nos complicités, ainsi que le lien encore plus fort celui d’avoir accepté il y a tout juste 22ans d’être la marraine de notre fils né en Afrique.


 

MERCI ELIANE SOIS HEUREUSE OU QUE TU SOIS, JE T AIME ADIEU

 

 

Ta cousine 

 

MON BLOG RESTERA FERME QUELQUES JOURS POUR QUE JE PUISSE DIRE ADIEU A MA
COUSINE

La crise, Mon cri!

 

 

Des dossiers sous le bras et un air qui en dit long

Il arpente les rues de la cité

Une ville parmi tant d’autres

Un pays qui se débat dans les méandres de l’argent

Ils en doivent plus

Qu’ils n’en reçoivent

Ils sont au bord du gouffre

Les caisses sont vides

Plus de pains, plus de travail

 

A qui le tour demain?

 

Ici, une fillette tend la main, elle fait l’aumône

Peu de passants la regardent

Certains croisent son regard

Puis rapidement le détourne

Eux mêmes n’ont déjà plus rien

Alors que lui donner?

Une petite pièce réclame-t-elle

Dans sa vieille boîte rouillée

Deux ou trois €uros

Pour lui c’est rien

Pour elle c’est une fortune

Ce soir elle rapportera du pain.

 

A qui le tour demain?

 

Là, un vieil homme assis sur un banc

Sans chaussures, juste de vieilles pantoufles éculées

Les pieds nus, la barbe hirsute

Hier il avait pignon sur rue, aujourd’hui une voiture

Elle ne peut rouler, elle n’a pas une goutte d’essence

Mais au moins il est à l’abri.

Il ne tend plus la main, il en a pas la force

Mais on lui donne de l’eau et un quignon de pain

dur, mais il le dévore, qu’importe il a tellement faim

Leau, il va l’économiser, la boire et se laver.

 

A qui le tour demain?

 

Là bas, très loin des enfants travaillent

Sur de vieilles bécanes ils cousent

Des tee shirts avec un drôle de slogan

Protégeons la nature.

Et, qui les protège Eux!

 

Je ferme les yeux, 

J’ai honte, irai-je demain dans cette grande enseigne

Si tous leurs produits sont aussi faux 

Que ceux là.

 

 

Aujourd’hui des hommes se lèvent et tendent la main

Ils ouvrent leurs portes

Offrent du travail, une aide

Donnent du temps à des enfants ou des adultes

Alphabétisation, économie, cours de français

Apprendre le jeu, à sourire, à rire

Vivre, oui Vivre!!

Autrement, différemment, en homme debout!

 

Ailleurs des structures d’accueil sont crées pour les enfants travailleurs

Des écoles pour apprendre à lire, à écrire à compter

Ressembler aux enfants du monde.

 

Demain ils seront médecins, avocats,commerçants,  ouvriers

Leurs enfants à leur tour iront à l’école.

 

Est- que mon rêve peut exister

Ne suis-je pas utopiste

Peut-on continuer à vivre ainsi sans savoir ce qui se passe ailleurs.

Sans savoir que l’on achète des vêtements faits par des enfants

 

 

Alors ce soir je m’en fiche de la crise

mais je crie, oui je CRIE

Ces hommes d’ici, ces femmes de là bas 

et ces enfants d’ailleurs

ont le droit d’être heureux

de vivre debout!

de ne plus être exploité

par nos Pays


Ceux qui ont le privilège de le savoir doivent le dire (Einstein)

 

 

Un livre: Mes cris par EvaJoe

 



 

Coup de coeur

 

link http://genevievejurgensen.blog50.com/archive/2012/01/31/une-jeune-fille-magnifique1.html

 

 

Je vous invite à suivre ce lien et à écouter jusqu’au bout cette jeune lycéenne de 16ans qui vient de gagner un concours
de plaidoierie organisé par le Mémorial de Caen.

 

Sur le blog qui héberge la vidéo il y a plus de 300 commentaires…..

 

Elle vient d’un tout petit village dans le Rhône que je connais très bien, c’est du reste pour cela que des amis m’ont
contactés pour m’offrir ce lien.

 

Au lendemain du 8 mars ce que vous allez entendre est éloquent…..

 

Je ne vous en dit pas plus, je vous laisse écouter cette jeune fille , elle se prénomme ALMA et
elle n’a que 16ans….

 


 

La chute du triple A

 

 

Le Ah ah ah est de rigueur

il est tombé ce matin

chantons tous en choeur

la chanson des mutins

 

les financiers ont le vent en poupe

ils sont assis sur notre pognon

elle n’est pas populaire leur soupe

c’est la faute aux agences de notation.

 

Les chiffres ils ont alignés

pour donner aux pays une note

n’essayez pas de trépigner

vous allez perdre votre cote.

 

Les agences sont aux pieds de leurs maîtres

cela ne sert à rien d’ hurler

vous ne pouvez trahir ceux qui vous chronomètre

vous êtes bon pour la céphalée.

 

Sans vergogne il dégrade les pays

du A , tu vas au B pour atterrir sur le Q

tout le monde se sent trahis

c’est pire que le trou de la sécu.

 

Les riches se vautrent dans la bouffe

ils ont la bedaine bien grasse

nous ne sommes pas vos pignoufs

allez poussez vos carcasses.

 

Il y en a marre de se faire plumer

il est temps de reprendre la Bastille

à notre tour de vous déplumer

nous allons vous  mettre en guenille.

 

Si on a plus rien à perdre ce sera la  révolution

quand le peuple est aux abois

sous les coups et les privations

les loups sortent du bois.

 

Le Ah ah ah est de rigueur

il est tombé ce matin

chantons tous en choeur

la chanson des mutins

 

 

 

 

La clinique des Myosotis (fin)

 

Jeanne rentre dans le cabinet de l’imminent ponte, il fait son travail avec art et application, Jeanne ne sait pas si il va lui
parler d’autres choses que de ce qui l’amène ici aujourd’hui. Après lui avoir indiqué diverses prises de sang à faire, Monsieur Claude se cale dans son fauteuil et lui dit:

 

Et bien vous personne ne doit vous marcher sur les pieds, vous n’y êtes pas aller de main morte, vous ne m’avez pas laissé le
temps de me défendre. Je ne pense pas avoir été aussi méchant que vous ne l’avez laissé entendre, vous avez du laisser libre court à votre colère, vous n’en pensiez aucun mot. Madame, je me suis
toujours préoccupé du bien être de mes patients quel qu’il soit et leur dire qu’ils sont obèses c’est plus pour leur donner un électrochoc qu’autre chose.

Jeanne se lève et lui dit je vous doit combien Monsieur, nous n’avons plus rien à nous dire, vous essayez une nouvelle fois de
vous justifier et je me fiche complètement de vos états d’âme, comme je l’ai dit tantôt à votre secrétaire vous m’avez vu pour la première et la dernière fois.Indiquez moi un confrère et nous en
resterons là, vous êtes de mauvaise foi et je déteste votre arrogance, mon père m’avait vanté vos mérites et à ses yeux vous étiez le plus grand , et bien il va déchanter quand je lui aurai dit
de quoi vous êtes capable.

 

Pendant que Jeanne parle, il examine le dossier et brutalement il l’interrompt et lui dit

– Le Professeur De La Motte est votre père

– Oui, ça vous en bouche un coin

– Madame ne restons pas sur un malentendu.

 

Au risque de me répéter je me fiche de vos états d’âme, que je sois la fille de votre femme de ménage ou la fille de votre
ancien professeur, je pensais que dans ce pays nous étions tous soigné de la même façon, je vois que chez vous il n’en est rien. Aussi je ne vais pas rester plus longtemps dans ses lieux , l’air
est devenu irrespirable. Et sur ces mots, Jeanne sort et lorsqu’elle arrive dans la salle d’attente , celle ci est vide, toutes les patientes sont parties.

La secrétaire lui tends son dossier, lui indique un autre médecin et Jeanne sort.

 

 

Fin

 

 

Juste une petite précision, cette histoire est partiellement fictive, le médecin existe réellement il a fait
une réflexion à une patiente , et je l’ai su par l’intermédiaire de mon infirmière car je devais me rendre chez ce médecin. Comme une femme avertie en vaut deux …Sourire, je me suis dit
que si je me trouvais face à lui et qu’il me faisait une réflexion je lui rentrerais dedans, en fait je parlerais avant qu’il m’apostrophe.Jamais même un grand ponte ne doit se permettre
d’humilier celui qui se trouve en face de lui et qui attends tout de sa part. Et pourtant je connais des malades qui l’ont rencontré et qui le trouve humain, mais ils ne sont pas comme Jeanne ou
Malika et tant d’autres, ils ont certes une maladie mais ils ne sont pas en surcharge pondérale.

Déracinée

 

 

Et puis il y avait toi, perdue au milieu de l’océan

Sur une frêle embarcation ballottée par la mer

Cherchant de ton regard brouillé de larmes amères

La terre tant promise mais hérissée de gouffres béants

 

Une rencontre fortuite hier sur un océan de mots

Une décision prise à la hâte pour une vie sans retour

Tu as la promesse des nouveaux jours 

mais il faut franchir toute cette eau.

 

Il vit au delà de la mer sur un piton dressé

Une maison au milieu de nulle part

Mais un havre de paix pour toi la déracinée.

 

Bientôt tu seras sur une terre inconnue

mais auprès de ton bien aimé

tu sais que tu es la bienvenue.

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo