Poèmes

Au creux de la vague

Un vent iodé souffle sur la plage

Et  passe comme une image

Empreint  de grains de sable

et de  pluie  fouettant les imperméables.

En ciré jaune marchant sur le rivage

à la recherche de l’unique coquillage

où ils entendront les vagues en furie de leur Bretagne 

qui, pour eux restent malgré tout leur pays de cocagne.

 

Désertant les plages ou l’on grille sous le soleil

ils s’abandonnent dans  des criques aux eaux couleur bouteille

et glissent sur les vagues âpres déferlant sur le port

en faisant des voyages sans passeport.

Et lorsque aux soirs venus se creuse la marée

un brouillard de brume hisse une voile égarée

où sous le souffle d’Éole tangue sur la vague démontée

Des marins courageux  qui finissent par l’affronter.

 

 

Lorsque le murmure des vagues embrassent le ciel de traîne

les pêcheurs entendent au loin le chant des sirènes

ils voguent serein sous les flots cinglant

qui les caressent  en battant les rochers tel Satan.

 

C’est une mer sauvage qui monte et descends sous le ciel

en un clapotement le ressac est démentiel

et sous cette houle forte on entrevoit la terre

où  les femmes attendent leur homme dans un froid glaciaire.

 

EvaJoe Janvier 2015 (copyright)

 

(photos pris sur le web pour illustrer mon texte)

 

 

 

 

 

 

 

Entre ombre et lumière

Dernière apparition du soleil enflammé

Qui embrase de caramel le ciel affamé

Et donne un avant goût d’une apothéose ruisselante

Dans des tons orangés, feux, jaunes avec un soupçon d’absinthes.

 

Sous la folie du ciel apparaît la ligne d’horizon

Dessinée par un maître inconnu venu d’une drôle de maison.

Celle qui relie la terre au ciel, l’espace d’un coucher.

Les couleurs massepain se teintent de rose et s’estompent effarouché.

 

Ici et là des filaments d’or retiennent notre regard

Abasourdis par cette féerie nous en redemandons comme des fêtards.

Puis doucement les lumières du jour lancent un dernier assaut,

Et, finalement vaincues s’éteignent en quelques soubresauts.

 

Et soudain au-dessus de nos têtes un rougeoiement nous dévoile des nuages

Aussi terrifiant qu’ils soient nous admirons un drôle de mirage

Où se jouant du soleil couchant des éclairs zèbrent le ciel

Pour laisser entrevoir un sortilège de feux d’artifice aux couleurs miel.

 

EvaJoe copyright Juin 2014 

 

Paysage!

Une course effrénée

des nuages jouant à cache-cache 

avec le soleil.

Soudain

Apparaît à la lisière du bois

une maison forestière

si proche

mais tellement  loin

des ruisseaux à sauter

de longue plaine à traverser.

Là-voilà!

une maison de poupée

on s’y désaltère

et sac à dos on repart!

Le chemin s’élève

lentement

la pente est rude

là-haut, tout là-haut

de beaux sommets enneigés

fondent de plaisirs

sous    la lumière mauve du soir.

 

 

Anthologie : Rêves 

 

 

EvaJoe © décembre 2013  

 

 

 

 

Voile de dentelle

Un voile de dentelle

saupoudre les  montagnes

Blanc

Léger comme de la neige

il happe la cascade

se faufile sur les grands sapins

Se déchire

de ci de là

devient traîne de mariée

fugace

s’échappe

et à nouveau enveloppe les pics

Ici des tons roses

là des rouges incandescent

transforment

le torrent en une lave 

furieuse

dévalant la pente abrupte

sautant 

de rochers en rochers

avant de s’écraser

en contrebas

et disparaître.

Puis, doucement

dans les eaux sombres

lorsque le voile se déchire

apparaît le ciel qui s’ourle

sous le baiser

d’un diamant 

aux mille facettes.

 

EvaJoe © 03/12/2013

 

 

 

Château en Suède

Le Nôtre n’a pas dessiné tes allées

Mais un jardinier les a imaginées

Peut-être au grand il en était le valet

Ou alors chez lui c’était inné.

Des pierres roses en font ton charme

Malgré la pluie qui tombe en cadence

Bien abrité et loin du vacarme

Nous maîtrisons notre impatience.

Personne ne viendra nous ouvrir ta demeure

Qui es-tu princesse d’un autre temps.

Dans ce Pays où les rois ne sont pas des frimeurs

Nous repartons émerveillés en longeant l’étang.

 

 

L' ivresse du poète

 

 

Si mes rimes s’assaisonnent aux piments de la vie

Ma raison s’envole dans l’ivresse de mes rêves

Et j’élève mes pensées en longeant la grève

En évitant les chimères, il y va de ma survie.

 

Ma plume disparaît sous le souffle du vent

Atteignant des sommets que je n’ose franchir

En écrivant mes fantasmes sans réfléchir

Je me heurte à la folie de mes poursuivants.

 

Je voulais m’échapper dans une danse endiablée

Mais je suis rattrapée par une overdose de songes

Mon âme verse des larmes et je me sens troubler.

 

J’écris des mots sur des parchemins de fleurs

En cherchant mes lettres dans un bel écritoire

Pour vous offrir  des poèmes ensorceleurs.

Il était un voyage entre astre et mots

 

100_0369.jpg

 

 

 

Au moment ou le poète s’endort

passe la lune dans sa robe d’organdi

en s’étalant dans des nuages de sucre candi

pour lui offrir des plumes d’or.

 

 

C’est l’heure ou le berger cherche son étoile

en offrant au scribe les mystères de la nuit

et d’un coup de baguette s’esquive à minuit

au moment ou le poète entrouvre le voile

 

 

halo de la lune

 

 

 

La magie  des ténèbres donne inspiration

A celle qui demain vous offre ses vers

puisée au coeur du firmament voici sa  création.

 

En laissant s’effilocher les nuages

nous découvrons tout l’  Univers 

et je peux vous offrir ce beau voyage.

 

 

 

 

Le peintre et son modèle

Une main trace sur une feuille

les contours d’une silhouette

pour l’instant rien de tape-à-l’oeil

 

 

Est-ce une nymphe ou une sirène

Nul ne le sait , mais l’on devine

l’esquisse d’un corps ébène.

 

Une chevelure noire geai

un petit nez en trompette

il efface quelques traits.

 

Avec un pinceau il dessine la bouche

d’une couleur rouge framboise

a ses pieds de belles babouches.

 

Deux seins lourds aux pointes dressés

un ventre rond pour enfanter

et deux jambes fuselées.

 

Son chef d’oeuvre achevé

nous voyons son modèle s’en aller

il sait que c’est inachevé.

 

De ses mains il caresse son dessin

rêvant peut-être à cette femme

espérant un jour lui dévorer les seins.

 

Soudain celle qui partait

sur ses pas revient

il entend ses bracelets cliquetés

 

Alors doucement il l’interpelle

la prends dans ses bras

et admire cette femme réelle.

 

Ce qu’ils firent en cette douce nuit

se contemple désormais sur la toile

de cet union est née de si beaux fruits.

 

Le vent et le voilier

 

 

Le voilier blanc monte à l’assaut des vagues

où ses voiles se gonflent au vent de pluie

et là haut accroché aux nuages s’ébouriffe la nuit

en pourfendant le ciel en une puissante dague.

 

Au moment ou l’aube accroche l’embarcation

des perles de brume l’ engloutissent à notre regard

en gémissant l’océan le laisse hagard

et le frêle esquif  disparait en un tourbillon.

 

Sous le soleil au zenith la mer est d’huile

il passe de rochers sombres aux plages blondes

en éclairant le bateau qui  tangue  pret de l’île.

 

Lorsque le souffle du vent est invisible

la mer retient ses soubresauts rugissant

domptant le bateau, il devient insubmersible.


 

 

 

L'artiste

 

 

Sur une corde tendue elle esquisse un pas de danse

Dans une salle comble ou tout est silence.

 

Chaque pas leur donne de l’ivresse

Ont-ils peur d’une maladresse?

 

Elle est si petite encore une enfant 

Mais une grande dame cela est bluffant.

 

Elle est en scène pour sa représentation

Les faisant frissonner en un tourbillon.

 

Dans ses yeux des rêves d’azur

Chez elle aucune demi-mesure.

 

En habits de lumière et paillettes

La voici en vitrine cette jolie fillette.

 

Elle avance leur souffle est suspendu

Soudain un cri inattendu.

 

Elle a sauté sur un trapèze en contrebas

Juste après avoir dansé une rumba.

 

Des crépitements se font entendre

La foule debout applaudit à tout rompre.

 

 

 

 

 

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes

Le temps qui passe

Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo