Ecrire pour qui? Pourquoi? Mais il me faut écrire….

Était-ce le jour d’avant où celui d’après 50 ans plus tard je ne le sais plus; mais lui je m’en souviens comme si c’était hier, et pourtant….

Rien ne s’étais passé comme nous l’aurions aimé, rien si ce n’est cette rencontre le jour où ma cousine se mariait, c’était un ami de mon futur cousin.  Il portait un costume blanc, mes sœurs et moi nous taquinions ma cousine en lui demandant si la mariée ce n’était pas le témoin de son futur mari.  Elle, qui d’habitude riait à nos facéties était émue et tellement sérieuse que nous avons vite battu en retraite. 

Puis la longue file des invités est rentrée en troupeau, cela était une réflexion du frère de la mariée, mon cousin.  Nous, nous sommes mis juste derrière la mariée, j’étais juste après les enfants qui portaient sa traîne de princesse. A quinze ans je rêvais parfois, mais ne vous inquiétez pas j’avais les pieds sur terre. Mon cavalier était le témoin du marié, l’homme tout de blanc vêtu, ce qui fit dire à mon cousin: 

– Toi aussi tu te maries

Puis comme à son habitude il a éclaté de rire.

Donc j’avançais au son de la musique qu’ils avaient choisis et je jetais des coups d’œil à mon cavalier. J’avais l’impression qu’il ne goûtait pas comme moi la chance qu’il avait d’être mon cavalier. Ce que j’ai su bien plus tard, c’est lorsqu’il a appris l’âge de sa cavalière il était en colère.

– A quinze ans et à notre époque on ne comprenait pas forcément tout, que lui avais-je fait?

Moi! Par contre j’étais enchanté.

Il était tellement beau et son costume lui allait à merveille. Brun des yeux d’un bleu où de suite j’ai eu envie de  m’y noyer, des dents éblouissantes de blancheur. Il avait comme tous les hommes une rose rouge à sa boutonnière. Il était bronzé, on aurait dit une vedette des années 60.

Une fois la cérémonie terminée il a cru bon de s’éloigner de moi, pourtant j’étais habillée avec beaucoup de charme, une robe bleue pâle comme les trois demoiselles d’honneur qui se mariait bien avec ses yeux bleus. Mes cheveux à la garçonne le dérangeait, pourtant j’avais mis un  chapeau, c’était une idée de la mariée, enfin je ne sais, toujours est-il qu’il s’est rapidement éloigné de moi. Puis, tout a changé, je ne sais ce qui s’est réellement passé.

Il faut dire que j’ai chanté pour ma cousine, à l’époque j’allais dans une chorale, mais pour le mariage de ma cousine j’avais révisé les chansons de l’époque, les chansons d’amour cela va de soi. De suite après la première chanson qui a eu un fort impact sur plusieurs personnes, il s’est approché de moi et m’a dit, je crois ma chère que nous n’avons pas été présenté et il a ajouté vous m’avez donné des frissons en chantant “Les vendanges de l’amour ” 

Tiens je me suis dit, j’existe toujours pour le bel aviateur, car mon nouveau cousin, le mari de ma cousine m’avait dit lors du cocktail qu’il était aviateur. Il avait plus de dix ans que moi, mais à 15 ans on est surtout fleur bleu et on ne pense pas à l’amour comme à 25 ans.

Il m’a enlacée pour une valse de folie, j’ai tournoyé, tournoyé dans ses deux bras puissants, quand on s’est arrêté j’ai vacillé, il m’a retenue,  soulevée du sol et emportée loin des regards. Et là, je ne sais qui des deux a osé le premier mais je pense que c’est lui, ses lèvres se sont emparé des miennes. Un baiser de cinéma, un baiser fou, puis à nouveau il a tourné les talons et m’a planté là.

J’ai attendu un moment, des minutes, une heure je ne sais plus, puis j’ai entendu que l’on me cherchait alors je suis revenue. La fête battait son plein je devais à nouveau chanter. Je me souviens que l’on me criait Adamo, Adamo ! l La première chanson qui m’est venue à l’esprit ce fut : vous permettez Monsieur, un peu par esprit de vengeance, un peu pour me moquer. Il ne m’a pas quitté des yeux, les autres entonnaient le refrain, lui non. Il me mangeait du regard. Puis la soirée s’est déroulée comme dans un rêve, il m’a tenu la main, m’a murmuré des folies à l’oreille, il m’a demandé toutes les danses. Le dernier slow s’est achevé brutalement, mes parents s’en allaient et il me fallait lui dire au revoir, adieu, je ne sais..Mais son dernier baiser a sonné pour moi comme un à bientôt.

 

Est-ce une histoire vécue? Un rêve inachevé? Le résumé d’un futur roman? Je ne sais pas, mais ce dont je suis certaine c’est qu’il fallait que je vous l’écrive….Peut-être un jour une suite sur mon autre blog ici

 

17 réponses à Ecrire pour qui? Pourquoi? Mais il me faut écrire….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes
Le temps qui passe
Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo