La clinique des Myosotis (fin)

 

Jeanne rentre dans le cabinet de l’imminent ponte, il fait son travail avec art et application, Jeanne ne sait pas si il va lui
parler d’autres choses que de ce qui l’amène ici aujourd’hui. Après lui avoir indiqué diverses prises de sang à faire, Monsieur Claude se cale dans son fauteuil et lui dit:

 

Et bien vous personne ne doit vous marcher sur les pieds, vous n’y êtes pas aller de main morte, vous ne m’avez pas laissé le
temps de me défendre. Je ne pense pas avoir été aussi méchant que vous ne l’avez laissé entendre, vous avez du laisser libre court à votre colère, vous n’en pensiez aucun mot. Madame, je me suis
toujours préoccupé du bien être de mes patients quel qu’il soit et leur dire qu’ils sont obèses c’est plus pour leur donner un électrochoc qu’autre chose.

Jeanne se lève et lui dit je vous doit combien Monsieur, nous n’avons plus rien à nous dire, vous essayez une nouvelle fois de
vous justifier et je me fiche complètement de vos états d’âme, comme je l’ai dit tantôt à votre secrétaire vous m’avez vu pour la première et la dernière fois.Indiquez moi un confrère et nous en
resterons là, vous êtes de mauvaise foi et je déteste votre arrogance, mon père m’avait vanté vos mérites et à ses yeux vous étiez le plus grand , et bien il va déchanter quand je lui aurai dit
de quoi vous êtes capable.

 

Pendant que Jeanne parle, il examine le dossier et brutalement il l’interrompt et lui dit

– Le Professeur De La Motte est votre père

– Oui, ça vous en bouche un coin

– Madame ne restons pas sur un malentendu.

 

Au risque de me répéter je me fiche de vos états d’âme, que je sois la fille de votre femme de ménage ou la fille de votre
ancien professeur, je pensais que dans ce pays nous étions tous soigné de la même façon, je vois que chez vous il n’en est rien. Aussi je ne vais pas rester plus longtemps dans ses lieux , l’air
est devenu irrespirable. Et sur ces mots, Jeanne sort et lorsqu’elle arrive dans la salle d’attente , celle ci est vide, toutes les patientes sont parties.

La secrétaire lui tends son dossier, lui indique un autre médecin et Jeanne sort.

 

 

Fin

 

 

Juste une petite précision, cette histoire est partiellement fictive, le médecin existe réellement il a fait
une réflexion à une patiente , et je l’ai su par l’intermédiaire de mon infirmière car je devais me rendre chez ce médecin. Comme une femme avertie en vaut deux …Sourire, je me suis dit
que si je me trouvais face à lui et qu’il me faisait une réflexion je lui rentrerais dedans, en fait je parlerais avant qu’il m’apostrophe.Jamais même un grand ponte ne doit se permettre
d’humilier celui qui se trouve en face de lui et qui attends tout de sa part. Et pourtant je connais des malades qui l’ont rencontré et qui le trouve humain, mais ils ne sont pas comme Jeanne ou
Malika et tant d’autres, ils ont certes une maladie mais ils ne sont pas en surcharge pondérale.

Une réponse à La clinique des Myosotis (fin)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes
Le temps qui passe
Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo