La crise, Mon cri!

 

 

Des dossiers sous le bras et un air qui en dit long

Il arpente les rues de la cité

Une ville parmi tant d’autres

Un pays qui se débat dans les méandres de l’argent

Ils en doivent plus

Qu’ils n’en reçoivent

Ils sont au bord du gouffre

Les caisses sont vides

Plus de pains, plus de travail

 

A qui le tour demain?

 

Ici, une fillette tend la main, elle fait l’aumône

Peu de passants la regardent

Certains croisent son regard

Puis rapidement le détourne

Eux mêmes n’ont déjà plus rien

Alors que lui donner?

Une petite pièce réclame-t-elle

Dans sa vieille boîte rouillée

Deux ou trois €uros

Pour lui c’est rien

Pour elle c’est une fortune

Ce soir elle rapportera du pain.

 

A qui le tour demain?

 

Là, un vieil homme assis sur un banc

Sans chaussures, juste de vieilles pantoufles éculées

Les pieds nus, la barbe hirsute

Hier il avait pignon sur rue, aujourd’hui une voiture

Elle ne peut rouler, elle n’a pas une goutte d’essence

Mais au moins il est à l’abri.

Il ne tend plus la main, il en a pas la force

Mais on lui donne de l’eau et un quignon de pain

dur, mais il le dévore, qu’importe il a tellement faim

Leau, il va l’économiser, la boire et se laver.

 

A qui le tour demain?

 

Là bas, très loin des enfants travaillent

Sur de vieilles bécanes ils cousent

Des tee shirts avec un drôle de slogan

Protégeons la nature.

Et, qui les protège Eux!

 

Je ferme les yeux, 

J’ai honte, irai-je demain dans cette grande enseigne

Si tous leurs produits sont aussi faux 

Que ceux là.

 

 

Aujourd’hui des hommes se lèvent et tendent la main

Ils ouvrent leurs portes

Offrent du travail, une aide

Donnent du temps à des enfants ou des adultes

Alphabétisation, économie, cours de français

Apprendre le jeu, à sourire, à rire

Vivre, oui Vivre!!

Autrement, différemment, en homme debout!

 

Ailleurs des structures d’accueil sont crées pour les enfants travailleurs

Des écoles pour apprendre à lire, à écrire à compter

Ressembler aux enfants du monde.

 

Demain ils seront médecins, avocats,commerçants,  ouvriers

Leurs enfants à leur tour iront à l’école.

 

Est- que mon rêve peut exister

Ne suis-je pas utopiste

Peut-on continuer à vivre ainsi sans savoir ce qui se passe ailleurs.

Sans savoir que l’on achète des vêtements faits par des enfants

 

 

Alors ce soir je m’en fiche de la crise

mais je crie, oui je CRIE

Ces hommes d’ici, ces femmes de là bas 

et ces enfants d’ailleurs

ont le droit d’être heureux

de vivre debout!

de ne plus être exploité

par nos Pays


Ceux qui ont le privilège de le savoir doivent le dire (Einstein)

 

 

Un livre: Mes cris par EvaJoe

 



 

Une réponse à La crise, Mon cri!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes
Le temps qui passe
Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo