La haute cour (suite 1)

 

 

A la nuit tombée il y a conciliabule à la cour de Maître coq. Imaginez une nuit sans lune et vous entendez glousser les
dindons, caqueter les poules et cancaner les canards et canes. Même les hérons huent. De mémoire de volatiles jamais on a entendu pareille capharnaüm.


Mais qu’est ce qui agite toute la cour. Monsieur coq le sortant est monté sur un  tonneau et pérore comme à son
habitude sous les huées des autres oiseaux habitués de ces lieux et aussi de passage. Même le merle siffle et les bécasses croulent  mais ce soir de rire.


Finalement tout ce petit monde se calme et le coq, le roi sortant arrive à faire entendre sa voix:


COCORICO!


En pleine nuit ils sont vraiment devenu fou, mais que se trame-t-il  chez la volaille?


 

En éclaircissant sa voix devenue rauque à force de vociférer, notre coq national se fait entendre. Il n’a plus envie d’être
le roi et accepte de faire un vote, mais il délègue ses pouvoirs à sa fille et elle doit se présenter. Sa fille il faut se l’avouer est plus extrême que son père, quoique qui se ressemble
s’assemble. C’est la rougeaude qui a accepté cette lourde tache, mais les coquelets qui convoitaient la place en viennent aux pattes et manient fort bien leurs ergots, ils donnent de la voix,
cocorico c’est un peu claire comme cri car ils sont en pleine mutation. Si ça continue pense le canard coin-coin ils passeront à la casserole dès demain matin. Avec le raffut qu’ils font ils y
ont droit dit-il assez fort.


On ne va pas s’en prendre à ce jeune blanc bec il n’y a pas de quoi casser trois pattes à un canard lui répondent-ils en
sourdine.


Dame cane a bien réfléchi elle se présente elle aussi, ainsi que le vieux coq sur le retour de la ferme voisine, attention
à lui c’est un malin. Les canes pensent qu’il ne faut pas faire la politique de l’autruche car avec ce vieux il va y avoir des problèmes.


La liste est longue il y a aussi le dindon qui ne sait que glousser, le jars, un énergumène celui-là ; la
pintade jouant à la mijaurée et se croyant la meilleure.


 Quelle cour on va laisser à nos enfants pense le vieux lapin dit »grand ’oreille ».Eux, n’ont pas de
représentant, mais en cette nuit ils ne savent pas vers qui iront leurs voix et qui les représentera au mieux pour garder l’harmonie au sein de la haute cour. Ne parlant pas tous le même langage
il va falloir jouer dans la cour des grands.


 

Pour informer les autres volatiles de cette élection ils vont pouvoir compter sur leurs amis pigeons, ils porteront les
missives tous azimut. 


Après avoir échangé des politesses et autres cris d’oiseaux chacun rejoint les siens et ils vont profiter de la nuit sans
lune pour décider de leurs plans de bataille. Aucun ne veut être le dindon de la farce, il va falloir la jouer fine. Du reste le coq leur semble vraiment étrange pense la famille canards, il est
comme un oiseau sur la branche. Un coup blanc un coup noir, méfiance, méfiance pense Dame cane. Des retournements de situation ils en ont vu d’autres, pas plus tard qu’il y a cinq ans c’est un
petit coq qui a pris la place de l’autre coq et depuis cinq ans ils souffrent d’une pénurie de blé, même l’eau a été limitée et la famille canard sans eau c’est comme un coq qui a perdu son
chant. Ce serai la faute à la crise, mais se demande le petit caneton dernier né de la grande fratrie de Dame cane c’est qui ce drôle d’oiseaux : la crise….


Cette nuit ils accueillent, venu des grands marais leur cousin. Pensez-vous c’est un grand parmi les canards celui-là il
est à l’académie, il est fort doué pour élaborer les nouveaux cris, peu le suive car le cri du canard est unique et on n’a pas besoin de ce col vert pour en apprendre des nouveaux. Il leur dit en
catimini que pour défier le coq et ses poules il va falloir l’écouter. Mais notre petite famille ne veut pas avoir d’ordre à recevoir d’un canard venu d’ailleurs. 


Pas d’ingérence chez nous martèle Dame cane et manu militari elle le vire hors de leur cour. Fort déconfit il erre sans but
et va rejoindre d’autres cousins  vers qui il pourra donner des bons conseils.


Enfin seule!


Seule tu rêves tu as tous tes admirateurs, à tes pieds voici ta cour. Dame cane est humble, elle ne connaît pas le pouvoir,
en fait elle se présente mais ce sera le vieux canard qui sera son mentor, il l’aidera, elle ne doit pas s’inquiéter, elle est juste un prête nom.


Pendant ce temps la famille gallinacée de dindes et autres dindons met un plan de bataille en route, mais ils ont beau
glousser souvent de rire ils sont fort malin et ne dévoilent rien.


Quant aux poules et au petit coq ils tirent des plans sur la comète.


Pff se dit la chouette ils marchent dans le vide voir à reculons je plains les volatiles si la rougeaude passe, ils vont
droit dans le mur et elle s’en va aussi vite qu’elle peut ne voulant pas assister au désastre prédit.

 

A suivre

Une réponse à La haute cour (suite 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes
Le temps qui passe
Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo