La révélation

 

 

 

La porte brutalement s’est refermée sur elle, elle dévale les escaliers quatre à quatre, elle fuit, enfin
elle est partie, pour quelle destination? Elle ne le sait pas, mais il faut qu’elle mette de la distance entre cet hier et ce demain. Fuir pour aller où, qu’importe, il fallait qu’elle le fasse.
Elle n’en peut plus , sa vie est devenue lamentable, et pourtant elle l’aime, il est son unique raison de vivre et elle s’en va. Mais le quitter pour aller où, vivre comment, elle ne le sait pas,
mais ce qu’elle sait c’est qu’il faut qu’elle sache si elle peut encore plaire, encore aimer. Si c’est elle le monstre, oh mon Dieu mais son amour n’est pas un monstre, c’est elle qui le voit
ainsi, rien n’est plus comme avant. Il était son homme, il s’aimait, mais il y a un drame dans sa vie et du coup cela a rejailli sur elle, et maintenant que faire? Elle aurai du le quitter quand
elle a su mais elle ne pouvait pas, ils allaient fonder un foyer, un enfant s’annonçait, alors le laisser c’était impossible, et puis elle pensait être à la hauteur, être capable de surmonter ce
malheur qui venait de s’abattre sur elle.

 

Maintenant la voici seule, elle pourrai aller chez ses enfants mais pour leur dire quoi? Ils seraient comme
elle il y a quarante ans abasourdis, voir choqués, elle est vraiment seule. Ses amis la comprendrait elle? Là aussi elle a des doutes, les plus fidèles la regarderaient sans comprendre. Que
faire?

 

Depuis combien de temps marche-t-elle, elle ne le sait pas, elle a rien dans le ventre, aucun bagage, juste
une poignée d’euro dans les poches, elle n’ira pas loin. Mais a t elle envie de vivre? Depuis des années elle survit, alors elle peut encore continuer.

 

Il doit être midi, les passants se font rare, seules quelques voitures roulent encore, elle est écœurée, une
voiture s’arrête à sa hauteur.

 

  •  
    • Vous allez loin

    • Non, enfin je ne sais pas

    • Vous voulez monter

 

 

 

Pour elle, monté signifie aller à l’hôtel comme les putes, allez ose le dire, le mot est lâche, mais elle ne
peut , elle n’est pas une femme à sauter le pas, mais il est bel homme , et puis après tout elle n’a pas de compte à rendre, surtout pas à lui, l’homme qu’elle fuit. La voici dans la voiture, le
monsieur sympathique nommé Michel lui raconte qu’il est représentant de commerce, elle s’en fiche à vrai dire, mais il a envie de parler alors poliment c’est ce qu’elle sait faire, elle l’écoute.
Puis petit à petit le silence s’installe entre eux, Michel lui propose de faire une halte, puis devant son visage courroucé, ajoute dans ce relais routier. Elle éclate de rire.

 

  •  
    • Excusez moi Michel, j’ai les nerfs en pelote

    • N’ayez crainte, j’ai tout à fait compris, excusez moi pour mes mots maladroits, je ne cherchais
      nullement à vous blessez.

    • Je ne vous en tient pas rigueur , c’est moi qui est l’esprit mal tourné.

 

 

Après le repas, ils repartent, lui pour sa destination et elle pour l’inconnu, elle lui a laissé entendre
qu’elle irai dans la ville voisine, mais le vin et la chaleur font qu’elle s’endort. Quand elle se réveille, elle est seule dans la voiture, Michel n’est pas là, ils sont arrêtés dans une
clairière. Elle contemple la frondaison des arbres et l’eau d’une magnifique rivière qui miroite sous le soleil. Les minutes passent , ainsi que l’heure et Michel ne revient pas, mais que fait-il
et surtout se dit elle, j’espère qu’il va revenir. Puis brutalement elle ouvre la portière et fait quelques pas sur le chemin, au loin elle entend le bruit d’une tronçonneuse, la forêt n’est pas
vide d’habitants, il y a des gens qui travaillent, elle avance et là le spectacle est insolite pour elle, dame de la ville, une dizaines de bucherons abattent des arbres, Michel est là en pleine
discussion avec celui qui lui semble être le chef.

 

A grande enjambée, il la rejoint. Ce n’est plus le fringuant homme d’affaire, il a des bottes et un casque,
c’est amusant de le voir ainsi.

 

  •  
    • Venez, ne restez pas là c’est dangereux, vous avez finis votre somme, je me suis permis de garer la
      voiture assez loin pour respecter votre sommeil.

    • Merci.

 

Mais elle ne peut en dire plus, sa gentillesse la bouleverse, elle ne peut lui raconter en quelques mots sa
vie, sa misérable vie. Michel la prend dans ses bras et la console, la raccompagne à sa voiture et lui dit en avoir pour quelques minutes, le temps de saluer et il revient;

 

Promettez moi de ne pas vous enfuir, vous vous perdrez dans cette forêt. Et quoiqu’il vous soit arrivé , nous
pouvons en discuter, rien n’est irrémédiable. Essuyez vos larmes, n’abimez pas votre jolie visage, au travers de ses larmes elle lui sourit.

 

A ce moment là, Michel ne sait ce qui se passe en lui mais il l’embrasse, elle répond à son baiser et se
colle contre lui. Il sent son corps gracile et ses seins qui pointent, mais il se ressaisit et lui dit, attendez moi, je me dépêche je vois que vous autant que moi en avez envie.

 

 

A suivre

 

Une réponse à La révélation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cooltext167419354182506

100_0398 péniche

Il y a tant de chemins inexplorés

Tant de voyages à partager

De lieux à conter et raconter

Retour à l'accueil

cooltext167419030798778

 

Flanerie à l'Ile d'Aix

 

cooltext167487971398298

Lorsque le rêve nous habite

C'est là où l'imaginaire s'envole!

Mon livre plein de rebondissement et de suspense

cooltext167486945591431

Tibère, Perle de lune,
deux des personnages principaux
de mon conte pour
Enfants et aussi les adultes


Si vous le voulez pour faire un cadeau

Me le demander!

cooltext167489082620044

 Je coûte 10€

et j'ai déjà enchanté grands et petits

De nombreux poèmes inconnus de tous !

Venez me dévorer...

Déposez vos plumes
Le temps qui passe
Mon inspiration

cooltext167490519746678

 

cooltext167491212710393

 Soutenez

cooltext167493478372535

 

bonial.fr – un geste simple pour l’environnement

Météo